"J'espère qu'on va s'engueuler pour savoir qui aura le cristal" : Rémi Chayé, lauréat 2020, jury du festival d'Annecy

Après une édition 100% virtuelle qui l'avait sacré cristal du long-métrage pour "Calamity", le réalisateur Rémi Chayé revient au Festival international du Film d'Animation d'Annecy en tant que membre du jury. "Un bonheur" pour lui "de retrouver le public et de s'en mettre plein les mirettes".

Rémi Chayé, réalisateur de "Calamity" et de "Tout en haut du monde", membre du jury long-métrage 2021 du Festival international du Film d'Animation d'Annecy.
Rémi Chayé, réalisateur de "Calamity" et de "Tout en haut du monde", membre du jury long-métrage 2021 du Festival international du Film d'Animation d'Annecy. © France 3 Alpes - Yves-Marie Glo

"C'est le bonheur, de revenir au festival !" Rémi Chayé ne se départit pas de son large sourire. Le réalisateur est enfin de retour à Annecy, un an après avoir obtenu le graal : le cristal du long métrage pour son film "Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary". Une consécration, oui. Mais sans la fête qui va avec. 

"L'année dernière, on était descendu sur une journée pour que l'équipe du festival nous donne le cristal. On les avait rencontrés dans le parc. On était à la fois très heureux et en même temps, c'était très frustrant parce qu'on avait prévu de faire la fête, on avait prévu plein de choses pour les 60 ans d'Annecy"

Loin, donc, des émotions ressenties lorsqu'il avait présenté son premier film à Annecy, "Tout en haut du monde", prix du public en 2015. "La première séance, à Bonlieu, il y avait eu une standing ovation de dix minutes et là, j'ai décollé du sol et je n'ai pas réaterri pendant trois-quatre jours. J'étais sur un petit nuage".
 

TOUT EN HAUT DU MONDE (Film Annonce) from Maybe Movies on Vimeo.


Prix du public en 2015, Cristal du long métrage en 2021

Le réalisateur qui a fait ses gammes à l'école d'animation La Poudrière dans la Drôme, ne boude pas son plaisir de retrouver le public. Ce mercredi, le long métrage sera projeté dans l'enceinte du haras sur écran géant. "On va ressentir la petite émotion qu'on nous a enlevée l'année dernière", confie-t-il.

Mais ce n'est pas pour présenter son film ou le vendre que Rémi Chayé est venu dans la capitale haut-savoyarde cette semaine, d'autant que Calamity vient de dépasser la barre des 200 000 entrées au cinéma, depuis sa (deuxième) sortie le 19 mai.

Il a été choisi pour faire partie du jury du long-métrage. "Cela va faire plaisir de s’en mettre plein les mirettes"Son agenda est donc bien rempli avec douze films à voir. "J’essaye d’arriver avec les oreilles et les yeux grands ouverts et de me laisser prendre par les films sans même trop regarder, avant, de quoi ils parlent, pour être le plus vierge possible de toute pensée".
 

durée de la vidéo: 01 min 42
"Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary" - Bande annonce


Douze films dans la sélection officielle


Et quelques surprises sont au programme, car si, en salles, la 3D est devenue dominante, à Annecy l'éclectisme est devenu une marque de fabrique. Dans la sélection officielle, aux côtés de la 2D ou de la 3D, on trouve par exemple un film réalisé en peinture sur verre. 

"Tout le monde a sa place", estime Rémi Chayé. "Ici, il y a une ouverture sur tout un tas de formes, tout un tas de techniques (...). C'est vraiment le meilleur endroit pour se plonger dans le grand melting pot de l'animation et de ressortir plein d'images. Il y a une ouverture complètement folle, y compris sur l'international : dès qu'il y a un film d'un pays qui n'a pas l'habitude de faire des films d'animation, il est à Annecy. Ils sont friands de découvrir un film iranien, un film kazakh, on voit tout ce qui émerge d'un peu partout, c'est la richesse du festival".

Cette année, Rémi Chayé appréciera (ou pas) les mondes créés par des réalisateurs venus du Japon, de Chine, de Scandinavie, ou encore du Canada et des Philippines. "Ce qu’on attend d’un film, c’est de voyager, de décoller pendant une heure et demi et de finir avec la larme à l’œil ou avec un grand éclat de rire", ajoute-t-il. Après en avoir pris plein les yeux, il faudra, toutefois, faire des choix. Pas si simple...
 


"Etre jury, pour moi, c'est toujours difficile parce qu'il faut choisir, il faut parfois écarter des films qui sont différents, des fois un peu maladroits mais quand même très sympathiques. Il y a ce côté "meilleur film" qui me dérange un peu. Moi j'aime bien cette accumulation, cette diversité. Mais c’est le jeu, on s'y prête, je suis très bien accompagné avec Serge Bromberg et Caroline Vie, et j’espère qu’on va s’engueuler pour savoir qui remportera le cristal", dit-il en riant.

Le palmarès 2021 du Festival International du Film d'Animation d'Annecy sera révélé samedi soir. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du film d'animation d'annecy cinéma culture