Prévention noyade : "Même avec plusieurs sauveteurs sur la plage, il faut que tout le monde fasse preuve d’une vigilance partagée"

Publié le
Écrit par Joane Mériot

Ce jeudi 23 juin est la journée nationale de la prévention des noyades. Cette année, avec la canicule notamment, les baignades commencent très tôt, avant même que les plages soient toutes surveillées. Ce week-end du 17 juin, un jeune homme de 23 ans est mort noyé au lac d’Annecy. Secouristes, pompiers et professionnels tiennent à alerter les baigneurs quant aux risques de noyade.

Romy 5 ans, Elliott, Thiego et Victor, 7 ans font partie de ces enfants qui, avant chaque vacance d’été, prennent des cours de natation. "Pour nous en tant que parent, c’est un gain de sécurité supplémentaire même si on a un œil constant sur eux, on sait qu’un moment d’inattention de deux secondes peut être fatale, on est plus confiants", explique Alexandre le papa d'Eliott et Thiego, inscrits aux cours de natation.

La noyade : deuxième cause de décès accidentel chez les enfants

Selon une enquête réalisée par le ministère de la Santé, la noyade constitue la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans et représente environ 1 000 décès par an. En 2021, 21 % des noyades accidentelles ont touché les enfants de moins de cinq ans. D’où l’intérêt d'initier le plus tôt possible les plus jeunes à la nage et aux dangers des comportements à risques.

"Pour nous, c’était une question de sécurité, on arrive aux beaux jours et savoir se débrouiller dans l’eau, c’était très important. C’est plus sécuritaire pour nous. Mais ça ne nous empêche pas de les surveiller quand ils sont dans l’eau, mais on voit qu’eux prennent plus de plaisir aussi et qu’ils savent se débrouiller", nous dit Christelle, une mère de famille. Ils apprennent à nager, mais aussi et surtout à adopter les bons comportements dans l’eau : "le but est d'essayer de faire trois à quatre mètres en se déplaçant même si la technique n'est pas bonne, si un jour, ils tombent dans l'eau à un endroit où ils n'ont pas pied, ils peuvent revenir au bord," explique Frédéric Chaix, le chef de bassin au sein de la piscine municipale de Montmélian.

Il existe un milieu aquatique plus imprévisible, plus dangereux que la piscine : le lac, et ses eaux profondes. "Le sauvetage sur les lacs est assez particulier. Le problème que l’on rencontre, c’est que c’est une eau assez plate et la plupart du temps, on a souvent des soucis au niveau de la surveillance des enfants. Et c’est un milieu dangereux, car on atteint des profondeurs qui sont assez importantes à certains endroits."

1 adulte sur 5 ne sait pas nager

La noyade ne concerne pas seulement les enfants, en France, 1 adulte sur 5 ne sait pas nager. Un pic de chaleur multiplie par trois le risque de noyade. Ce week-end encore, un jeune homme de 23 ans est mort noyé au large du lac d’Annecy, alors qu’il faisait du pédalo avec ses amis. En Savoie par exemple, en 2021, les pompiers ont réalisé près de 120 sauvetages, un chiffre qui, selon a plus que doublé en deux ans. Chaque année, des centaines de pompiers sont formés pour intervenir en milieu aquatique et surveiller nos plages. Mais cela ne suffit pas.

"La première personne garante de votre sécurité, c’est vous-même, nous rappelle le lieutenant Bruno Anice, le chef du service surveillance des plages au SDIS 73, il faut être conscient de ses propres capacités, s’orienter vers de plages qui sont surveillées. Prendre connaissance de l’environnement, de la météo, des dangers particuliers ou autres tels que la profondeur."

Vigilance partagée

Le lieutenant ajoute que la vigilance partagée est indispensable : "Même avec plusieurs sauveteurs sur la plage, il est impossible d’avoir un œil constant sur chacun donc malgré tous les efforts possibles, il faut que tout le monde fasse preuve d’une vigilance partagée pour pouvoir éviter l’accident et si jamais il y a un accident alerter les secours en temps et en heure."
L’an passé, 1 million de baigneurs a profité des lacs savoyards. Une sur fréquentation des lieux de baignade qui justifie d’autant plus une vigilance accrue.