TEMOIGNAGES. Attaque au couteau à Annecy : "Courez ! Il poignarde tout le monde", des témoins racontent l'agression

Plusieurs témoins détaillent les circonstances de l'attaque au couteau qui s'est produite, ce jeudi 8 juin au matin, à Annecy. Six personnes dont quatre enfants ont été blessées. Trois des victimes seraient grièvement touchées.

Six personnes, dont quatre enfants, ont été attaquées, ce jeudi matin par un homme au niveau d'une aire de jeux située près du bord du lac d'Annecy

L'ancien footballeur professionnel Anthony Le Tallec effectuait son jogging, lorsqu'il a assisté à la scène.

"Je courais au bord du lac et je vois tout d'un coup des dizaines de personnes qui courent dans le sens contraire et je me demande ce qui se passe", raconte le footballeur annécien sur Instagram.

"Il y a une maman qui me dit 'courez, courez, il y a quelqu'un qui poignarde tout le monde, qui a poignardé des enfants, courez, courez !' Moi je suis un peu surpris, je continue et je vois le mec effectivement qui arrive en face de moi sur l'herbe", poursuit-il. 

"Je vois des flics qui sont à 5, 10 mètres derrière lui, qui n'arrivent pas à l'arrêter. Il arrive vers moi, donc je m'écarte un peu", détaille Anthony Le Tallec.

"Moi, je leur dis aux flics : mais tirez dessus, tuez-le ! Il est en train de poignarder tout le monde !'"

Il n'en croit pas ses yeux lorsqu'il voit l'individu s'approcher d'un couple de personnes âgées et continuer son attaque à l'arme blanche. "Et là, il attaque le papy, il le poignarde une fois. Les flics derrière lui n'arrivent pas à l'attraper. Moi, je leur dis aux flics : 'mais tirez dessus, tuez-le ! Il est en train de poignarder tout le monde !' Il attaque une fois, deux fois et là, ils commencent à tirer. Donc ils tirent devant moi sur la personne et donc il tombe à terre, mais bon le papy était déjà touché", continue Anthony Le Tallec sur les réseaux sociaux.

Un autre témoin de l'attaque, qui était en train d'ouvrir un ponton sur le lac, au niveau du Pâquier, explique à France Télévisions par téléphone que "l'homme était agité, et courait dans tous les sens". "Des policiers sont arrivés d'abord à moto. Ils ont posé les motos. Il devait y avoir trois policiers, ils ont sorti les armes et ils lui ont demandé de se calmer et de se mettre à terre. L'assaillant ne s'est pas mis à terre, du coup, ils lui ont tiré dessus. J'ai entendu un coup de feu et après l'homme était à terre", dit-il, précisant que l'interpellation avait eu lieu à plusieurs centaines de mètres de l'aire de jeux.

Le papa avec l'enfant qui était touché, a posé l'enfant à nos pieds pour essayer de compresser une plaie qui était importante sur son enfant

un témoin de l'attaque à Annecy

L’auteur présumé des faits a été interpellé, selon la préfecture. Ses motivations demeurent, pour l’heure, inconnues. Selon l'identité déclarée par l'agresseur, il est né en 1991, de nationalité syrienne, demandeur d'asile et inconnu de tous les fichiers. Le caractère terroriste ou non de l'attaque est en cours d'évaluation.

Anthony Le Tallec a lui poursuivi sa course un peu plus loin, vers l'aire de jeux pour enfants. 

"Je vois au fond des enfants par terre, des enfants touchés, c'est incroyable. (...) Bref, c'est malheureux mais c'est fou de voir ça à Annecy !", dit-il. 

D'après un bilan provisoire, trois des victimes, deux enfants et un adulte, seraient grièvement blessées.

D'après des témoins, certains enfants étaient dans leur poussette quand ils ont reçu des coups de couteau, sous les yeux de leurs parents.

Un autre homme, présent sur place, raconte, par téléphone, à France Télévisions : "A ce moment-là, le papa avec l'enfant qui était touché, a posé l'enfant à nos pieds pour essayer de compresser une plaie qui était importante sur son enfant". 

Deux adolescents, assis sur un banc à proximité, ont vu l'individu "en train de courir pour essayer de s’enfuir". "J’ai vu deux hommes qui essayaient de l’attraper, mais ils n’ont pas réussi. Après la police est vite intervenue et ils l’ont interpellé", explique l'un d'entre eux à France 3 Alpes.

"On a vu l’homme avec le couteau dans la main qui essayait de planter un vieil homme", indique l'autre jeune homme. 

"La scène la plus choquante que j’ai vue, c’est quand il a essayé de poignarder l’homme qui s’est blessé. Il y avait du sang sur le couteau, et après je suis parti parce que j’avais peur. Il y a plein d’ambulances qui sont arrivées, un hélicoptère qui est arrivé", ajoute l'un des deux adolescents.

Une cellule d'aide psychologique a été mise en place. La procureure de la République d'Annecy a fait état également "d'un certain nombre de victimes visuelles, qui n'ont pas été blessées à l'arme blanche mais qui ont été témoins et qui sont extrêmement choquées", notamment une classe d'élèves du lycée Berthollet d'Annecy, prise en charge par une cellule médico-psychologique.

Leur professeure, Mme Ho raconte avoir vu "deux hommes se battre". "Quelqu'un criait : 'il a une arme, il a une arme'. J'ai fait évacuer une partie de la classe. il y avait des élèves qui étaient choqués et qui ne bougeaient pas trop", dit-elle.

Ce jeudi soir, Anthony Le Tallec a tenu à saluer l'intervention des policiers, qu'il avait critiquée "à chaud", alors qu'il était "en état de choc" et "révolté".

"Je veux souligner le fait que les policiers qui ont poursuivi l'assaillant avec beaucoup de courage ont fait le maximum pour protéger la population sur place. Je ne suis pas policier pour vivre ce type de situation et je ne veux en aucun cas remettre en question leur courage et leur bonne volonté pour arrêter le criminel armé", a-t-il écrit sur Instagram.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité