Tuerie de Chevaline : la garde à vue du motard est levée, "aucune charge" n'est retenue contre lui

Publié le Mis à jour le
Écrit par O.B
Depuis le quadruple meurtre survenu à Chevaline en Haute-Savoie, en 2012, l'enquête se poursuit.
Depuis le quadruple meurtre survenu à Chevaline en Haute-Savoie, en 2012, l'enquête se poursuit. © VINCENT BOUVET-GERBETTAZ / MAXPPP

Dans l’affaire de la tuerie de Chevaline, la garde à vue de l’homme interpellé le mercredi 12 janvier a été levée. Aucune charge n'a été retenue contre ce motard aperçu près des lieux du crime en 2012.

La garde à vue de l’homme interrogé depuis le 12 janvier dans l’affaire de la tuerie de Chevaline vient d’être levée.

Selon la procureure d’Annecy, "aucune charge n’est retenue contre la personne gardée à vue. Les investigations se poursuivent pour identifier le ou les auteurs".

Le motard aperçu près des lieux du crime en 2012 est donc libéré. Pour son avocat, Jean-Christophe Basson-Larbi, c’est "une issue normale".

Elle (la fin, ndlr) n’est pas heureuse parce que cette garde à vue était une garde à vue qui n’était pas justifiée.

Jean-Christophe Basson-Larbi, avocat.

"Les protestations d’innocence de mon client ont été entendues" poursuit l’avocat avant d’ajouter au micro de France 3 Alpes : "mon client a toujours dit sa vérité, la vérité".

L'enquête continue

"Les explications données et les vérifications opérées ont permis d’écarter son éventuelle participation aux faits" affirme la procureure d’Annecy dans un communiqué.

L’enquête sur ce quadruple meurtre en Haute-Savoie continue.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.