VIDÉO. "C’est définitivement perdu" : des vestiges gallo-romains détruits lors d’un chantier immobilier à Annecy, la Ville reconnait "une erreur"

durée de la vidéo : 00h01mn42s
A Annecy, en Haute-Savoie, archéologues et riverains déplorent la disparition de vestiges gallo-romains, qui auraient été abîmés lors d’un chantier immobilier débuté sans fouilles préventives. Contactée, la municipalité reconnaît une erreur lors de l’instruction du permis de construire. ©B. Métral, G. Ragris, E. Achard / France 3 Alpes.

A Annecy, en Haute-Savoie, archéologues et riverains déplorent la destruction de vestiges gallo-romains lors d’un chantier immobilier débuté sans fouilles préventives. Contactée, la municipalité reconnaît une erreur lors de l’instruction du permis de construire.

"C’est définitivement perdu" regrette Joël Serralongue, observant la photographie d'un mur vieux de plus de 2 000 ans, dont les contours ont été gratté par les pelleteuses.

Cet ancien archéologue départemental de la Haute-Savoie (de 1984 à 2016) déplore la destruction de vestiges datant de l’époque romaine lors de la réalisation d’un chantier immobilier au cœur du bien-nommée quartier des Romains. "Par chance, c’est la première fois que cela arrive à Annecy, mais c’est regrettable" nuance le spécialiste.

De son côté, Denis Viollet, un riverain passionné d’archéologie affirme que cela représente un dommage pour "l’intérêt scientifique de la parcelle perdue à tout jamais mais aussi pour l’histoire du Boutae et d’Annecy qui commence ici".

En effet, malgré le passé gallo-romain de la commune, le constructeur d’un immeuble de 15 logements a été autorisé à creuser sur quatre mètres de profondeur, sans réaliser de fouilles préventives.

A lire aussi >>> Une étudiante fait une découverte archéologique exceptionnelle : un spa romain et des bassins antiques mis au jour juste avant leur destruction

Un patrimoine perdu ?

Dans le quartier des Romains, la richesse du sous-sol est loin d’être inconnue. Depuis les années 1970, les fouilles se multiplient, mettant à jour des découvertes remarquables : parmi elles, une nécropole, des puits et d’innombrables objets témoignant de la vie de nos ancêtres.

"Nous sommes en pleine zone archéologique" explique Joël Serralongue, "et c’est dommage car aujourd’hui, ce sont 800 mètres carrés de la ville romaine qui sont détruits", précisant avoir identifié des maçonneries dont certaines sont en galets, d’autres taillées dans le calcaire. "Nous sommes dans un quartier d’habitations donc nous pouvons trouver de nouvelles insulae (semblables à des résidences, NDLR), des zones artisanales et des choses liées à la vie quotidienne des habitants de Boutae" témoigne le spécialiste.

C’est difficilement récupérable.

Joël Serralongue, ancien archéologue départemental de la Haute-Savoie (de 1984 à 2016)

"Une fois que le terrain a été dédouané de toute prescription archéologique et de tout diagnostic, on ne peut pas revenir en arrière" poursuit Joël Serralongue.

La Ville reconnait "une erreur"

Contactée par France 3 Alpes, la Ville d’Annecy réagit et reconnaît un loupé : "Bien que dans le périmètre de saisine archéologique figurant au plan d’urbanisme, ce chantier n’a pas donné lieu à une consultation de la direction régionale des affaires culturelles. Cette erreur n’a pas été relevée".

Les amoureux du patrimoine, eux, espèrent que cette situation servira d’exemple, dans un quartier marqué par l’histoire et qui regorge encore certainement de trésors du passé.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité