Yannick Corboz, l'artiste originaire d'Annecy devenu référence de la BD à la française

Yannick Corbos en dédicaces. / © France 3 Alpes
Yannick Corbos en dédicaces. / © France 3 Alpes

Le dessinateur de BD réside désormais en Angleterre. Il était de passage dans les Alpes, l'occasion de revenir avec lui sur son parcours de dessinateur et l'attention nouvelle qu'ont acquise ses aquarelles.

Par T.H. avec Gilles Ragris

Il est originaire d'Annecy, mais il vit désormais en Angleterre. Yannick Corboz était de passage dans les Alpes en ce mois de décembre, à la rencontre de son public, celui de sa région d'origine. Et ici comme ailleurs, tout le monde lui demande, en guise de dédicace, un dessin de Camille. Il retrace alors, en quelques coups de main, les traits de l'héroine de la série qu'il illustre Brigade Verhoeven.

Une ambiance polar, noire et ocre flirtant avec l'expressionnisme, voulue par le dessinateur. "Je n'ai pas un dessin vraiment réaliste, explique-t-il. Ce qui est important pour moi, c'est d'avoir des expressions assez justes, toujours un petit peu amplifiées."
 

Il y a encore dix ans, Yannick Corboz dessinait pour la pub et le jeu video. Mais travaillait aussi sur L'assassin qu'elle mérite, une série BD qui se révéla un beau succès au fil des années. Mais à l'époque, il préférait rire du succès : "J'ai du succès dans la famille ! Parce que j'ai une famille qui me suit beaucoup", nous disait-il alors.

Différents supports pour différents imaginaires


Aujourd'hui, Yannick Corboz vit à Londres et son travail est reconnu dans le monde la BD. Et ce qu'il avait gardé secret est petit à petit livré au public. Une exposition parisienne a ainsi honoré ses aquarelles, qu'un livre révéle à la lumière. "C'est la récréation. Travailler sur les aquarelles, c'est une manière de s'échapper, confie-t-il. Quand je les fais, je suis plus du tout dans la réalité. J'essaie pas de coller à une histoire. Je me raconte mes histoires sans chercher de sens."
 
Un dessin de Camille en guise de dédicace. / © France 3 Alpes
Un dessin de Camille en guise de dédicace. / © France 3 Alpes

Aucun sens si ce n'est celui du plaisir de la vue. Elégance des femmes, élégance du trait. Avec une partie de son imaginaire dans l'art de la mode et une autre dans l'univers de la BD, le dessinateur trace son singulier chemin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus