• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Haute-Savoie : plusieurs interpellations à Annemasse après le braquage à main armée d'une cargaison d'or

Les malfrats avaient fait irruption dans une entreprise de traitement des métaux précieux dans le Doubs. / © GROUILLE PIERRE-JEAN / MAXPPP
Les malfrats avaient fait irruption dans une entreprise de traitement des métaux précieux dans le Doubs. / © GROUILLE PIERRE-JEAN / MAXPPP

Une demi-douzaine d'individus est recherchée depuis mai après le braquage d'une joaillerie dans le Doubs où une trentaine de kilos de métaux précieux ont été dérobés. Plusieurs personnes ont été interpellées à Annemasse (Haute-Savoie) mercredi, suspectées d'avoir participé au méfait.

Par MD avec AFP

L'enquête s'étend en Haute-Savoie après le vol de dizaines de kilos de métaux précieux dans une joaillerie du Doubs en mai. Au moins cinq personnes suspectées d'avoir participé à ce braquage ont été interpellées à Besançon et Annemasse (Haute-Savoie) mercredi 18 septembre.
 

Un suspect âgé de 23 ans a toutefois réussi à prendre la fuite. Il a sauté d'une fenêtre lors d'une perquisition à son domicile, selon une source proche de l'enquête, confirmant une information du quotidien l'Est Républicain.

 

"Plus de 30 kilos de métaux précieux"


Les interpellations ont débuté mercredi à Annemasse et se sont poursuivies le lendemain dans plusieurs quartiers de Besançon. Placés en garde à vue, ces individus sont suspectés d'avoir participé, avec une demi-douzaine d'hommes armés et porteurs de cagoules, au braquage d'une entreprise de traitement de métaux précieux à Châtillon-le-Duc, au nord de Besançon.

Les malfrats avaient fait irruption chez le joaillier, menaçant les six employés présents, avant de repartir avec leur butin : "plus de 30 kg de métaux précieux, principalement de l'or", a précisé une source policière.

Le braquage n'avait pas fait de blessé mais avait laissé le personnel en état de choc. L'enquête a été confiée à la section de recherches de Besançon, avec le soutien du groupement de gendarmerie du Doubs, sous la direction de la juridiction inter-régionale spécialisées (JIRS).

 

Sur le même sujet

Patrick Revelli explique ses choix

Les + Lus