VIDEO. Une entreprise de Haute-Savoie remplit ses carnets de commandes grâce à des masques pour enfants

La société Anthime Mouley, basée en Haute-Savoie, produit des masques en tissu depuis le confinement. Six mois plus tard, la production est loin d'avoir faibli. L'entreprise compte pérenniser l'activité en misant, notamment, sur des masques pour enfants.

L'entreprise haut-savoyarde Anthime Mouley compte pérenniser son activité de confection de masques en tissu.
L'entreprise haut-savoyarde Anthime Mouley compte pérenniser son activité de confection de masques en tissu. © France 3 Alpes
La petite musique des machines à coudre se fait toujours entendre dans les ateliers d'Anthime Mouley. L'entreprise basée à Gaillard (Haute-Savoie), près d'Annemasse, s'est lancée dans la production de masques en tissu pendant le confinement. Et six mois plus tard, le rythme n'a pas faibli, bien au contraire. Mille pièces sortent chaque jour des ateliers.

"Je fais d'autres produits mais quand il y a les masques, on les fait en premier. On compte sur nous, donc il faut les faire", juge Manuelle, une employée de la firme haut-savoyarde. Des masques colorés ou à motifs dont le tissu vient des chutes de chemises pour homme que l'entreprise conçoit.

La confection de masques, beaucoup d'entreprises du secteur textile s'y sont consacré, faute d'activité, pendant le confinement. Sauf qu'Anthime Mouley a poursuivi, diversifiant sa gamme avec des pièces adaptées aux adolescents, et même aux enfants à partir de 2 ans.

"On avait commencé au départ avec une seule taille, la taille adulte. Et à l'utilisation, les gens nous ont dit 'est-ce que vous pourriez faire quelque chose aussi pour les enfants ?' En discutant, en faisant, en apprenant, on développe la gamme", raconte le directeur, François Vinas.
 
Une entreprise de Haute-Savoie remplit ses carnets de commande grâce à des masques pour enfants

 

Le masque, futur accessoire de mode ?


L'entreprise produit des accessoires de mode masculine tels que des cravates ou des nœuds papillon depuis 100 ans. Des produits commercialisés sous la marque Atelier F&B, Lanvin, Ceruti... Mais avec la baisse de son activité traditionnelle due à la crise sanitaire, elle se lance un nouveau défi : faire du masque un véritable accessoire de mode.  

"Aujourd'hui, ce que nous essayons de faire est de pérenniser cette activité de la fabrication de masques en France avec du matériel européen, poursuit M. Vinas. Nous nous sommes positionnés très vite sur la fabrication des masques et on tire une certaine fierté de pouvoir les fabriquer en France avec notre savoir-faire."

De la découpe à l'assemblage, toutes les étapes de la fabrication sont manuelles, effectuées par cinquante couturiers et couturières. Un savoir-faire reconnu par les plus grandes marques de luxe.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie