• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

“Cette photo est 100% réelle” : la mise au point du guide d'Eric Woerth sur le cliché au Mont-Blanc

Jean-Franck Charlet, le guide de haute montagne d'Eric Woerth, est revenu sur l'agitation suscitée par la photo du député. / © Capture d'écran Facebook
Jean-Franck Charlet, le guide de haute montagne d'Eric Woerth, est revenu sur l'agitation suscitée par la photo du député. / © Capture d'écran Facebook

Une photo d'Eric Woerth gravissant l'Aiguille d'Argentière, dans le massif du Mont-Blanc, a déclenché une vague de réactions dont beaucoup d'internautes doutant de la véracité du cliché. Le guide de haute montagne qui accompagnait le député de l'Oise prend sa défense dans un post Facebook.

Par @F3Alpes

"Le sens de la photo est le bon, mais le bon sens est une valeur rare", commente Eric Woerth au lendemain du petit tsunami déclenché l'un de ses tweets. Lundi 12 août, l'ex-ministre du Travail poste un cliché de lui sur Twitter, en tenue d'alpiniste, en train de descendre l'Aiguille d'Argentière dans le massif du Mont-Blanc.
 

Ni une ni deux, des milliers d'internautes commentent le tweet, dont beaucoup doutant fortement que la photo soit authentique. Certains ont par exemple noté que deux personnes se trouvaient debout sur la même pente où Eric Woerth était sur les genoux, supposant que la photo aurait été retournée pour exagérer la pente. D'autres ont pointé que les languettes de sa veste penchaient en direction de la pente, comme s'il se trouvait sur un sol plat. Le cliché est devenu un "mème", photo allègrement détournée par les internautes sur le ton de l'humour.
 

"Cette photo est 100% réelle, même si la pente de 45° apparaît un peu plus raide qu'elle n'est en réalité", déclare le guide de haute montagne d'Eric Woerth, Jean-Franck Charelet, dans une publication Facebook. Pour se rendre sur l'Aiguille d'Argentière, qui culmine à 3902 mètres, en empruntant l'itinéraire décrit par le député, il faut passer par le glacier du Milieu.

 

"Avalanche" de réactions


Une course très prisée dans le massif du Mont-Blanc, où la pente est effectivement à 40 ou 45° sur la fin du glacier, selon le site Altituderando. "Cette pente n'est pas anodine, c'est un lieu engagé qui a été le théâtre de nombre d'accidents dans le passé", ajoute Jean-Franck Charelet, alpiniste réputé, plutôt étonné de la tournure des événements.
 

Version soutenue par Eric Woerth, lui aussi surpris par l'"avalanche" de réactions suscitée par sa photo. Ce dernier maintient que le cliché est dans le bon sens, et n'a pas été retourné comme l'affirment nombre d'internautes. Concernant les deux personnes debout en arrière-plan, il a déclaré auprès de BFMTV : "Il s'agit d'une autre cordée, située 200 mètres plus bas".
 

"C'est un défaut ultraclassique en photo de montagne: le photographe, lui-même en pleine pente, a tendance à se pencher du bon côté au moment de la prise de vue pour ne pas risquer la glissade", analyse auprès de Checknews le correspondant de Libération à Grenoble François Carrel, spécialiste de la montagne.

La photo du député de l'Oise n'a pas seulement fait réagir les internautes, elle a également donné lieu à des dizaines d'articles de presse, dont beaucoup très accusateurs. Une réaction de masse critiquée par certains journalistes eux-mêmes, à l'image de Marie Turcan, rédactrice en chef chez Numerama : "Peut-être qu'un peu de recul et de prudence (je dirais, au moins de la part de journalistes ici) pourrait être bénéfique, écrit-elle sur Twitter. Mais de toute façon, le bruit est fait, et l'impact sur l'opinion générale ne changera pas."
 

 

Sur le même sujet

Les cliniques privées au secours des urgences ?

Les + Lus