Chamonix : ce que l'on sait sur l'accident qui a fait deux morts sur le chantier du Montenvers

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margot Desmas avec Jean-Christophe Pain

La chute d'un pylône a causé la mort de deux ouvriers ce mercredi sur le chantier de réaménagement du Montenvers, à Chamonix. Une enquête a été ouverte pour "homicide involontaire" afin, notamment, de déterminer les raisons pour lesquelles le pylône est tombé.

Deux ouvriers de 24 et 30 ans sont morts, mercredi 27 juillet, sur le site du Montenvers qui surplombe la Mer de Glace, sur les hauteurs de Chamonix. Les deux hommes intervenaient sur un téléphérique de chantier lorsque le drame s'est produit en début d'après-midi. Une enquête pour "homicide involontaire" a été ouverte par le parquet de Bonneville (Haute-Savoie) pour faire la lumière sur les circonstances de l'accident.

La chute d'un pylône à l'origine de l'accident

Le drame s'est produit dans le cadre du chantier de réaménagement du Montenvers, un site administré par la Compagnie du Mont-Blanc. Un téléphérique provisoire, long d'un kilomètre, était en cours de mise en place afin d'acheminer des matériaux jusqu'en haut du site, à 1 800 mètres d'altitude, pour le chantier de la nouvelle télécabine de la Mer de Glace.

Les deux hommes étaient attachés à un pylône de ce téléphérique provisoire lorsque l'accident est survenu, a appris France 3 Alpes auprès du parquet de Bonneville. La base du pylône se serait désolidarisée du sol, propulsant les ouvriers à terre. Ils auraient, selon nos informations, chuté d'une dizaine de mètres de haut.

Un troisième ouvrier se trouvait sur un autre pylône qui a "vacillé et déraciné le sapin auquel il était attaché", selon le parquet. Il n'a pas chuté, ayant été retenu par sa corde de sécurité lorsque le pylône d'à côté est tombé. Il a été légèrement blessé et se trouvait en état de "choc psychologique".

Des questions sur l'effondrement du pylône

Les ouvriers étaient "casqués, attachés au pylône et portaient des baudriers" lorsque l'accident est survenu, assure Mathieu Dechavanne, PDG de la Compagnie du Mont-Blanc. Ils étaient "tous dotés d’équipements de protection individuels", confirme le parquet dans un communiqué.

Les victimes étaient salariées d'une entreprise prestataire de la Compagnie du Mont-Blanc qui assurait notamment la mise en place de ce téléphérique provisoire dans le cadre des travaux au Montenvers. "Ce sont deux jeunes d'un même village (Entremont-le-Vieux, en Savoie, NDLR) avec qui on travaillait depuis de nombreuses années", fait savoir Mathieu Dechavanne.

Une enquête est en cours afin de déterminer les raisons pour lesquelles le pylône s'est effondré. "Il n’est pas possible à l’heure actuelle de déterminer les causes de cet accident ni l’ordre dans lequel les événements se sont produits", écrit le parquet dans un communiqué. Les investigations sont menées par la brigade de recherches de Chamonix en lien avec l'inspection du travail. Des auditions sont en cours afin d'éclaircir les circonstances du drame.

Le site fermé jusqu'à nouvel ordre

Les accès au site du Montenvers, par train, télécabine ou à pied, ont tous été fermés à la suite de l'accident. Il s'agit notamment de vérifier la stabilité du téléphérique provisoire, potentiellement fragilisé par la chute du pylône. La Compagnie du Mont-Blanc informe ce jeudi soir que le site restera fermé pour la journée de vendredi, sans se prononcer sur une éventuelle réouverture pour le week-end.

Le chantier de réaménagement du Montenvers est également interrompu, ajoute M. Dechavanne. Dans un communiqué transmis mercredi soir, le gestionnaire du site adresse son soutien "aux familles et aux proches des victimes, au personnel de l'entreprise extérieure et au personnel du site du Montenvers".