"Je suis à fond pour le pass sanitaire car il nous permet de jouer", affirme André Manoukian, créateur de Cosmo Jazz

Le festival Cosmo Jazz a démarré samedi à Chamonix. Une dizaine de concerts sont programmés jusqu'au 31 juillet dans toute la vallée. André Manoukian, son créateur, défend la mise en place du pass sanitaire qui a permis le maintien de cette édition.
Le festival Cosmo Jazz se déroule du 24 au 31 juillet 2021 dans toute la vallée de Chamonix (Haute-Savoie).
Le festival Cosmo Jazz se déroule du 24 au 31 juillet 2021 dans toute la vallée de Chamonix (Haute-Savoie). © France 3 Alpes

Rien n'était joué d'avance pour Cosmo Jazz. Le festival de musique, qui allie concerts en altitude dans le massif du Mont-Blanc et en centre-ville de Chamonix (Haute-Savoie), a finalement pu maintenir son édition 2021. Les premières notes ont résonné samedi 24 juillet dans la vallée du Trient, le point de départ de huit jours de musique en pleine nature.

Les artistes ont pu retrouver leur public à une condition : le contrôle du pass sanitaire, désormais obligatoire pour les grands rassemblements. Une mesure que défend le créateur du festival, André Manoukian. "Je suis à fond pour le pass sanitaire car il nous permet de jouer, tranche-t-il. Il faut que les gens comprennent qu'on préfère jouer avec le pass sanitaire que de ne pas jouer et rester dans notre chambre, confinés comme des idiots. Le débat est ridicule, il n'a pas lieu d'être."

Pour assister aux 13 concerts organisés dans toute la vallée, les spectateurs de plus de 11 ans doivent donc présenter une attestation de vaccination ou un test PCR négatif de moins de 48 heures. "Les gens sont ravis d'être là, ils jouent tous le jeu", assure André Manoukian, vantant les mérites d'une édition peu commune, composée à la dernière minute en s'adaptant aux nouvelles normes sanitaires.

Cosmo Jazz fait vibrer la vallée de Chamonix pour "l'une des plus belles éditions" du festival

 

"Jouer la nature en majesté"

"C'est l'une des plus belles éditions que l'on ai faite puisqu'on a été obligés de reporter les artistes programmés l'an dernier auxquels se sont greffés de nouveaux noms", estime-t-il. Mardi, Kyle Eastwood a envoûté le balcon de Planpraz, à 4 000 mètres d'altitude, face au mont Blanc. Bassiste et contrebassiste, le fils de Clint Eastwood a revisité quelques bandes originales mythiques du septième art.

"Nous sommes très contents de jouer devant du public. C'est important d'avoir des gens enthousiastes devant nous", a confirmé l'artiste. De l'alpage de Loriaz aux Houches, les concerts s'enchaîneront jusqu'au samedi 31 juillet avec ce même esprit de communion entre la musique et la nature.

"L'idée, c'est de jouer la nature en majesté, résume André Manoukian. Je pense que les trois-quarts des spectateurs ne savent pas ce qu'ils vont voir, ne connaissent pas les artistes qu'ils vont voir. C'est des découvertes. Ce n'est pas un public festivalier, il vient dans cette vallée pour respirer la nature, pour faire des randonnées, et qui découvre ça comme un plus."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs musique culture covid-19 santé société vaccins - covid-19