Cet article date de plus de 3 ans

Mont-Blanc : à 3600 m, un chantier d'envergure pour démanteler la gare du téléphérique du Glacier

Remettre la montagne à l'état naturel, c'est l'objectif de l'opération de démantèlement de la gare d'arrivée de l'ancien téléphérique des Glaciers à Chamonix-Mont-Blanc. Un ancien équipement qui ne fonctionnait plus depuis 70 ans. 
À 3600 mètres, l'arrivée du téléphérique du Glacier a été démantelée. Sur place, il reste l'abri Simon ainsi qu'un poste EDF.
À 3600 mètres, l'arrivée du téléphérique du Glacier a été démantelée. Sur place, il reste l'abri Simon ainsi qu'un poste EDF. © Françoise Guais
Le chantier vient de s'achever. À 3600 m d'altitude, l'ancienne gare d'arrivée du téléphérique du Glacier, au coeur du massif du Mont-Blanc, a été démantelée. L'équipement, installé entre l'abri Simon et le refuge des Cosmiques, était abandonné depuis 1948. 

Une poutre qui soutenait la terrasse de la gare, vue vertigineuse sur Chamonix en contrebas.
Une poutre qui soutenait la terrasse de la gare, vue vertigineuse sur Chamonix en contrebas. © Françoise Guais


Pourquoi le détruire ?  Pour des raisons de sécurité, d'environnement, mais aussi de réchauffement climatique : "il y a moins de neige, ça se réchauffe, et du matériel qui était bien caché par la neige est ressorti. On s'est aperçu que ce site-là était nettement moins joli, et quand même bien pollué", explique le guide David Ravanel. 

A l'initiative du projet ? L'association nationale de protection de la montagne, Mountain Wilderness qui travaille dessus depuis bientôt 5 ans.

Dix tonnes de débris évacués


Au cours des quatre semaines de travaux, dix tonnes de débris ont été évacués vers la vallée : les pylônes, structures métalliques et la terrasse de bois.

Guides et ouvriers y ont travaillé de concert, dans un climat parfois extrême. Si la gare a été détruite, d'autres parties de la ligne, comme des gares intermédiaires, seront conservées comme vestiges patrimoniaux.

© Françoise Guais


100 000 euros pour valoriser le site 


Coût du chantier : 100 000 euros, payés par le ministère de l'environnement, la mairie de Chamonix, et différents partenaires locaux.

Une opération qui s'inscrit dans un vaste programme de valorisation des sites du Mont-Blanc. "Cela renvoit à la candidature Unesco que nous sommes en train de bâtir. Elle est à la fois sur le patrimoine naturel, mais aussi sur le patrimoine culturel des sites. Ne le rayons pas, valorisons-le !" explique le maire de Chamonix Eric Fournier. 

Le chantier reprendra l'été prochain pour procéder à l'évacuation des sous-bassements. 

durée de la vidéo: 02 min 40
Chamonix : le démantèlement de la gare d'arrivée de l'ancien téléphérique des Glaciers ©France 3 Alpes

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne