VIDEOS. Alpinisme, base-jump, la web-série à couper le souffle des militaires du GMHM de Chamonix

Les "paralpinistes" du GMHM, le groupe militaire de haute-montagne de Chamonix proposent une web-série qui combine alpinisme et base-jump / © GMHM.
Les "paralpinistes" du GMHM, le groupe militaire de haute-montagne de Chamonix proposent une web-série qui combine alpinisme et base-jump / © GMHM.

Ils grimpent et ils sautent des falaises à plus de 3500 mètres d'altitude. Trois militaires du GMHM (groupe militaire de haute-montagne) de Chamonix publient tout au long du mois d'août une série de vidéos particulièrement impressionnantes.

Par Yann Gonon

Des ascensions vertigineuses avant des sauts de falaises à couper le souffle. Tout au long de ce mois d'août 2019, le GMHM, le groupe militaire de Haute-Montagne de Chamonix, publie une série de vidéos très impressionnantes tournées à travers les Alpes.

Assurer la promotion de l'alpinisme de haut niveau au sein des armées, c'est l'une des missions que se fixe tout au long de l'année la dizaine d'homme du GMHM de Chamonix. Et assurément, la web-série de l'été devrait y contribuer !

De la France à la Suisse, en passant par l'Italie, de l'Eiger à l'Aiguille noire de Peteurey dans la face sud du Montblanc, ils sont trois militaires à s'être lancés dans l'aventure en juillet dernier. Une ascension pour commencer, jusqu'à 14 heures pour monter au sommet de l'Aiguille noire par exemple, avant le grand saut dans le vide.

Voici le dernier épisode publié sur Facebook.
 

Ils s'appellent eux-même les "paralpinistes" du GMHM. Leur discipline combine l'apinisme et le base-jump, qui consiste à sauter de la falaise équipé d'une combinaison pour freiner la chute. Une chute à environ 200 kilomètres/heure tout de même d'une durée comprise entre 40 secondes et une minute, avant l'ouverture du parachute.

"Le but n'est pas de se faire peur" assure Pierre Sancier, le commandant du GMHM. Bien sûr le base-jump est dangereux et les accidents nombreux, mais les sauts ont été longuement étudiés en amont. "On a une approche très cartésienne et on hésite pas à renoncer si les conditions ne sont pas réunies" ajoute Pierre Sancier.
 

Au total, ce sont 10 vidéos qui ont été tournées et montées en juillet et qui sont distillées tout au long du mois d'août sur la page Facebook du GMHM. Tous ces sauts servent aussi d'entraînement pour le groupe qui prévoit une expédition en Patagonie en janvier prochain, en quête de nouveaux exploits.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

4 personnes blessées à Vienne

Les + Lus