Évincé de la reprise d'une station de ski, Tony Parker conteste la décision en justice

L'ancienne star des Bleus, Tony Parker, avait déposé un référé-suspension à l'encontre de la mairie des Gets. Le tribunal administratif de Grenoble a examiné le recours ce jeudi 22 février. L'ancien basketteur dénonce une éviction de sa société dans sa volonté de reprendre la station de ski de Haute-Savoie.

Ce jeudi 22 février, le tribunal administratif de Grenoble a examiné le recours déposé par Tony Parker. L'ancienne star du basket français avait déposé un référé-suspension à l'encontre du maire des Gets, Henri Anthonioz, pour avoir été évincé de la reprise de la station de Haute-Savoie.

Déjà sur le qui-vive pour mettre sur rail son vaste projet immobilier à Villard-de-Lans, Tony Parker souhaite élargir son influence et ses propriétés dans les Alpes du Nord.

La mairie avait évité toute mise en concurrence

Sa société Infinity Nine Mountain (INM) s'était positionnée pour reprendre la gestion du domaine skiable des Gets. Mais elle avait été écartée sur décision de la municipalité. Cette candidature était en concurrence avec celle de la Sagets, exploitant historique des remontées mécaniques et dont la commune des Gets est actionnaire majoritaire.

Au-delà du domaine skiable, la Sagets gère un golf et son restaurant, des tennis, une patinoire, un espace de loisirs ou encore le poney-club de la station. Le groupe a affiché sa volonté d'y développer un immense complexe hôtelier pour un investissement évalué à 96 millions d'euros. Un programme qui a fait l'objet de vives critiques de la part de riverains.

Dans une délibération municipale, la procédure de nouvelle délégation de service public (DSP), lancée en mai 2023, a finalement été annulée par la commune qui l'a déclarée "sans suite" alors que les offres avaient déjà été dépouillées. Le conseil municipal avait autorisé neuf jours plus tard le maire à négocier la future gestion de cette DSP avec les communes voisines, avec une procédure ne nécessitant pas de mise en concurrence. 

L'édile avait mis en avant la nécessité pour la commune de "redéfinir son besoin" et "d'opter pour un retour en régie des services" avec un système mutualisé du fait "des très fortes incertitudes pesant sur les activités touristiques".

Une attaque personnelle ?

Ancienne gloire du sport français, Tony Parker s'est reconverti en homme d'affaires à l'issue de sa carrière de basketteur professionnel. Le quadruple champion NBA et son groupe qui se décrit comme centré sur "le sport, l'éducation et l'art de vivre" comprend notamment deux équipes de basket - ASVEL Villeurbanne et Lyon Asvel féminin -, un centre de formation tourné vers les sports, un haras en Normandie, une écurie de chevaux de course, une agence média dédiée à l'animation et à la production ainsi qu'un domaine viticole dans les Côtes du Rhône.

Infinity Nine Mountain (INM) a déjà mis un pied dans les Alpes du Nord et dans ses domaines skiables depuis son rachat en 2019 de la société des remontées mécaniques de Villard-de-Lans et Corrençon (SELV), situé sur le plateau du Vercors en Isère.

La décision de la commune des Gets de l'évincer représente une attaque personnelle pour le groupe. "Nous avons la conviction qu'on est face à un détournement de procédure, qui n'aurait pour objet que d'évincer la candidature d'INM dans le cadre de la gestion des remontées mécaniques", a asséné Marie Jamet, l'avocate de la société de Tony Parker, en demandant la suspension en urgence de la décision municipale.

Le tribunal administratif de Grenoble a mis en délibéré sa décision et doit se prononcer "dans les plus brefs délais" sur le référé. De son côté, le conseiller de Tony Parker, Didier Domat, a précisé à l'AFP se garder le droit de lancer une procédure au pénal.