La MJC d'Annemasse Sud va-t-elle fermer?

La MJC Sud du quartier Perrier à Annemasse vit des jours difficiles. La maison va peut-être fermer, le tribunal de Thonon doit en décider ce vendredi 5 novembre. Redressement ou liquidation judiciaire? La mairie pointe une mauvaise gestion, les salariés dénonçent un manque d'argent public. 

La MJC d'Annemasse Sud accueille entre 100 et 150 jeunes du quartier Perrier chaque vacances scolaires. La structure est en cessation de paiement depuis lundi. Les comptes de l'association sont dans la rouge, 220.000 euros de déficit.

La structure s'achemine vers le redressement judiciaire ou la liquidation. La question sera examinée par le tribunal de Thonon ce vendredi.

Deux récents audits pointent de graves dysfonctionnements. une gestion défaillante, de l'argent public mal utilisé. Ajoutées à cela, deux poursuites devant les Prudhommes. Enfin une absence de direction, depuis que l'ancien directeur a été "remercié" fin 2014.

Une situation devenue incontrôlable pour le nouveau conseil d'administration entré en fonction en septembre.

Principal financeur de la MJC, avec plus de 600.000 euros de subvention par an, la mairie d'Annemasse parle d'un déficit structurel, d'une "lente dérive". La ville reconnaît par ailleurs que "la MJC Sud constitue un vrai point d'équilibre au sein du quartier Perrier". Elle souhaite "reconstruire une nouvelle structure sur des bases solides".

Reportage Marion Feutry, Dominique Semet, Gilles Neyret:

Intervenants: Malek Benattia, responsable du secteur jeunes - délégué du personnel; Kheira Fil, Présidente du conseil d'administration; Christian Dupessey, Maire d'Annemasse (PS)



L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité