Le Haut-Savoyard Charles Hedrich se lance dans une traversée en solitaire à pied du désert d’Atacama au Chili

L'aventurier, originaire de Saint-Gervais en Haute-Savoie, s'est lancé dans un nouveau défi: la traversée du désert d’Atacama au Chili à pied et en autonomie. 1 400 kilomètres dans le désert le plus haut et le plus aride du monde, avec un chariot de 150 kg à tracter. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Considéré comme le n°1 du Sport Aventure, le Haut-Savoyard Charles Hedrich a commencé en 2003 après une carrière de chef d’entreprise. Depuis, les premières mondiales, les records et les compétitions de référence s’enchaînent, d’un Vendée Globe en pirate au premier passage du Nord-Ouest à la rame en passant par une expédition en Antarctique au départ de Punta Arenas.

Cette année, Charles Hedrich est retourné au Chili pour s'attaquer à un nouveau défi : la traversée du désert d’Atacama à pied et en autonomie. 1 400 kilomètres dans le désert le plus haut et le plus aride du monde, avec un chariot de 150 kg à tracter.

D’Arica à Rio Potro (Chili), le challenge c’est de réussir cette traversée sans ravitaillement, avec un seul point d’eau naturel à mi-parcours et un système pour recycler l’urine. Un exercice qui risque d’être difficile. Pour optimiser ses chances et transpirer le moins possible, Charles Hedrich marchera donc au maximum la nuit et aux heures les plus fraîches de la journée.

Il a pris le départ à 9h09 heure française (4h09 heure locale) ce matin. Parti d’Arica, il doit emprunter la route pour sortir de la ville et rejoindre le désert. Il a adapté son équipement avec des catadioptres fluorescents afin d’être vu par les quelques voitures qui le dépassent.


Les pluies qui se sont abattues au Chili sont concentrées autour de la région de Copiapo à plus de 1 000 km au sud où Charles Hedrich devrait circuler dans plus d’un mois. Les 1 400 km qui s’étendent devant lui seront donc bien arides dans ce désert d’Atacama.

Son pactage est bouclé. Les 160 kg sont amarrés avec principalement de l’eau, la nourriture avec une ration d’1 kg par jour pour une quarantaine de jours, et le matériel divers, surtout pour réparer les pneus de ce chariot du désert.

Vous pouvez suivre pas à pas son aventure sur ce blog: http://atacama1ere.blogspot.fr/