Le refuge du Goûter, objet d'attraction sur la route du Mont-Blanc

Comme un oeuf en inox posé sur l'arête enneigée de l'Aiguille du Goûter, ce bâtiment du nouveau refuge très futuriste offre un contraste saisissant avec l'abri vétuste des années 60, construit à 300 mètres de là. Certains trouvent qu'il ressemble plus à un hôtel qu'à un refuge. 

Par France 3 Alpes avec AFP

Conçu pour résister à des vents de 300 km/h, le nouvel abri de la Voie Royale du Mont-Blanc a des airs d'auberge de jeunesse haut de gamme avec ses boiseries en sapin, sa vaste salle à manger au design soigné et ses dortoirs douillets. Pour limiter son empreinte écologique, le bâtiment est truffé de technologies: fondoir à neige, système d'assainissement copié sur celui des sous-marins, panneaux solaires et groupe de cogénération. Ces prouesses technologiques et le tarif qui les accompagne, 90 euros la demi-pension, ne font pas l'unanimité.

Franchement, c'est plus un hôtel qu'un refuge"



""C'est un peu trop élitiste. Il faut avoir de l'argent pour dormir ici", glisse Sébastien Letout, 30 ans, attablé dans la salle à manger, sa liseuse électronique à la main. "Franchement, c'est plus un hôtel qu'un refuge", grimace un aide-gardien.

Une perception que conteste Jean-Pierre Crestia, gestionnaire du refuge pour le club alpin français. "C'est neuf, c'est tout, il n'y a rien de luxueux. Dans tous les refuges modernes, c'est comme ça", défend-il.

Un objet d'attraction


Par son esthétique architecturale, le bâtiment est cependant devenu un objet d'attraction en soi. "Des gens vont monter y faire leur communion solennelle ou un enterrement de vie de garçon", prédit Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais. 

Le risque est une amplification de la surfréquentation de la voie normale du Mont-Blanc, empruntée chaque été par plusieurs milliers d'alpinistes du monde entier. Pour parer aux problèmes, son ouverture s'est accompagnée d'une nouvelle politique de régulation qui peine à faire ses preuves. Dans l'ancien refuge, les alpinistes qui n'avaient pas réservé s'entassaient dans le réfectoire ou plantaient leur tente à proximité. Désormais, le camping est interdit et les alpinistes qui n'ont pas réservé sont invités à redescendre au refuge de Tête Rousse (3167 mètres) ou à dormir dans le sas d'entrée, au milieu des chaussures et des crampons moyennant la même somme de 90 euros, mais sans les repas.

Nous ne savions pas pour la réservation"


Mais la plupart préfèrent reprendre leur chemin, malgré les dangers encourus, plutôt que de payer la pénalité exigée. Ainsi, Ondrej, un Tchèque en short de 27 ans, et son amie Sarka, 26 ans, le visage barbouillé de crème solaire, qui décident de reprendre leur ascension à 20 heures pour monter à l'abri Vallot (4367 mètres) à trois heures de marche de là. "Oui, nous sommes fatigués, mais qu'est-ce qu'on peut faire? Nous ne savions pas pour la réservation", râle Sarka.

Cela au grand dam de la gardienne du refuge, Amélie Faure, qui redoute un accident. "Ça me gêne que des gens se mettent en danger pour ne pas rester là. C'est sûr qu'il y a un problème de surfréquentation mais on ne résout pas le problème, on le déplace ailleurs", déplore-t-elle, dépitée.

La polémique fait rage dans la vallée de Chamonix, où certains estiment que le plus simple pour réduire la fréquentation aurait été de ne pas reconstruire de refuge au Goûter. "Le Mont-Blanc peut très bien se faire depuis Tête Rousse", estime Christophe Profit, alpiniste légendaire des années 80 et guide à Chamonix, qui regrette qu'on ait "choisi la voie du business et de la rentabilité".

A lire aussi

Sur le même sujet

Football féminin : Jean-Michel Aulas souhaite investir aux USA et en Chine

Les + Lus