Cet article date de plus de 8 ans

En Isère, le Center Parcs des Chambaran n'a officiellement plus d'opposition...officiellement

Les défenseurs du Center Parcs des Chambaran affichent fièrement la nouvelle sur leur blog. Selon eux, le projet va pouvoir "aller de l'avant". Ils s'appuient sur une décision du Conseil d'Etat qui a décidé de rejeter le pourvoi des opposants au "village aquatique" le 25 mars dernier.
Le projet de Center Parcs à Roybon
Le projet de Center Parcs à Roybon © France 3 Alpes
D'un côté, un projet de parc de loisirs basé sur l'eau avec des cottages comme dans la pub et des promesses d'embauches à la clef. De l'autre, une opposition farouche, une peur de voir détruire un environnement préservé. Entre les deux, un terrain judiciaire déjà bien construit...

En trois ans, les opposants au Centre Parcs de la forêt des Chambaran ont engagé trois procédures. L'une contre le permis de construire, une autre contre la modification du Plan Local d'Urbanisme de Roybon et une dernière contre le défrichement. Une bataille gagnée, une autre perdue, petit à petit, les verrous sont tombés. 

Après les arrêts de la Cour administrative d'appel de Lyon qui ont "blanchi" la modification du PLU et le permis de construire, après les premiers jugements du Conseil d'Etat qui sont allés dans le même sens, une nouvelle décision de la plus haute juridiction administrative française tire un trait sur les procédures engagées contre le défrichement.


Les opposants n'ont pas dit leur dernier mot


Les opposants auront malgré tout gagné trois ans. Sur leur site internet, l'un des porte-paroles, Stéphane Péron, explique: "nous avons encore des choses en cours, nous avons attaqué le nouveau permis de construire. Et puis, 'PIERRE & VACANCES-CENTER PARCS' est confronté à un problème inextricable. L'entreprise doit compenser son installation sur une zone humide. Et ça, c'est impossible, elle ne pourra jamais compenser sur le même bassin-versant l’impact de ses installations". 

Dans cette affaire, le promoteur du projet, 'PIERRE & VACANCES-CENTER PARCS' s'est fait silencieux, refusant toujours les interviews. L'image du groupe a beaucoup à perdre dans cette affaire, passer pour un destructeur de la nature au nom des loisirs, voilà qui n'est pas du meilleur effet!

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement économie projet center parcs