Coronavirus : en Isère, le Secours Catholique maintient son numéro d'appel gratuit mis en place pendant le confinement

Durant la période de confinement, le Secours Catholique de l'Isère a mis en place un dispositif d'écoute téléphonique, grâce à un numéro vert d'appel gratuit. L'association a décidé de le maintenir cet été pour répondre aux nouvelles situations de pauvreté liées à la crise du coronavirus.
Pendant la situation inédite de confinement, le Secours Catholique de l’Isère a mis en place un dispositif d’écoute téléphonique, grâce à un numéro vert d’appel gratuit.
Pendant la situation inédite de confinement, le Secours Catholique de l’Isère a mis en place un dispositif d’écoute téléphonique, grâce à un numéro vert d’appel gratuit. © France 3 Alpes
Le 0 801 902 580 est un numéro vert d'appel gratuit mis en place par le Secours Catholique de l'Isère pendant la période de confinement dûe à la crise sanitaire du coronavirus. En deux mois, les bénévoles de l'association, tous formés à l'accueil et à l'écoute, ont répondu à 240 appels. Des personnes inquiètes, soucieuses de l'avenir, seules et/ou qui souhaitaient obtenir des informations sur les lieux de distribution de colis alimentaires durant la crise sanitaire.

Après le déconfinement, le Secours Catholique de l'Isère a décidé de maintenir son numéro vert. Des permanences téléphoniques seront assurées tout l'été, du lundi au vendredi, de 17h à 19h. Pour venir en aide à celles et ceux, partout en Isère, qui souhaitent rompre leur isolement, partager leurs inquiétudes, leurs émotions et trouver un soutien.

L'objectif étant également d'identifier et de répondre aux nouvelles situations de pauvreté liées à la crise économique et sociale qui s'annonce. "C'est un moyen de détecter les nouvelles situations de pauvreté et de toucher les personnes qui ne vont pas dans nos lieux d'accueil" explique Simon Enrico, animateur de réseau de solidarité.

Le Secours Catholique de l'Isère est présent un peu partout sur le département avec 35 équipes locales. L'association traite 16.000 situations par an. Elle fait de l'accompagnement administratif, organise des cours de français, des ateliers créatifs, des sorties, des repas, des camps de vacances... En raison de la crise sanitaire, et de l'obligation de mettre en place les gestes barrières, toutes les activités n'ont pas pu reprendre normalement mais les bénévoles font au mieux. A Grenoble, par exemple, l'accueil pour le petit-déjeuner n'est plus possible dans les locaux de l'association place Lavalette. Mais "il s'est transformé en "drive"" explique Simon Enrico. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société coronavirus/covid-19 santé déconfinement