Escalade : l'accès aux falaises et aux sites naturels de plus en plus compliqué près de Grenoble

Suite à un accident et à ses effets boule de neige, des propriétaires de terrains interdisent l'accès à certaines falaises, alarmant les grimpeurs et alimentant le débat sur l'accès aux espaces naturels, notamment en Chartreuse et dans le Vercors.

L'escalade est-elle victime de la "judiciarisation" de la société ? L'accès aux espaces naturels est, en tout cas, remis en cause dans de nombreux massifs.

"Déconventionnement" : le mot, un peu barbare, est devenu un sujet brûlant dans le petit milieu épris de liberté de la grimpe, popularisé dans les années 80 par des figures légendaires comme Patrick Edlinger, qui posait cheveux au vent et presque sans équipement sur de vertigineuses parois.

Les conséquences d'un accident d'escalade dans les Pyrénées

Le terme fait référence à une décision prise par la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (FFME) après un accident survenu en 2010 à Vingrau (Pyrénées-Orientales), qui avait fait deux blessés graves et avait donné lieu à une longue saga judiciaire.

Poursuivie et condamnée en tant qu'exploitante et gardienne de la falaise, la Fédération décida alors de dénoncer plus d'un millier de conventions qui la liaient de longue date aux propriétaires des terrains et les déchargeaient de leur responsabilité en cas d'accident.

Ce processus de déconventionnement, achevé fin 2022, laisse en première ligne les propriétaires, qu'ils soient publics ou privés, et a conduit certains à interdire l'accès à leurs sites pour se prémunir contre d'éventuelles poursuites judiciaires.

Des voies déséquipées dans le Vercors

Ces fermetures - une quarantaine à ce jour sur environ 2.500 selon la FFME - ont suscité une vive émotion chez les pratiquants, qui craignent un effet tache d'huile et peinent à faire leur deuil de sites naturels parfois spectaculaires.

"Dans le Vercors, beaucoup de falaises où j'allais régulièrement ont été fermées. Ce sont des falaises très populaires, irremplaçables", regrette ainsi le grimpeur et alpiniste Symon Welfringer, piolet d'or 2021.

C'est notamment le cas du secteur dit "Pierrot Beach" dans le village de Presles en Isère : il s'agit d'une "grosse perte, une falaise unique dans la région grenobloise", comprenant des voies d'une extrême difficulté, souligne-t-il.

"A Cimaï (Var), une falaise historique est en train de fermer. On a commencé à déséquiper des voies. C'est un choc, il y avait des voies mythiques", renchérit Laurence Guyon, vice-championne du monde 1995 et journaliste spécialisée. "C'est un appauvrissement de la pratique, c'est dommage d'en arriver là", déplore-t-elle.

D'autres pratiquants accusent à mots plus ou moins couverts la Fédération d'avoir délaissé les sites naturels au profit de la pratique en salles, devenue en 2021 sport olympique.

Mise en cause, la FFME dit "comprendre l'émotion" que suscitent les interdictions auprès d'un public passionné, selon son président Alain Carrière, qui appelle toutefois à "garder raison". "Quant à dire que la fédération ne s'intéresse plus aux falaises, c'est juste une négation de la réalité", assène-t-il. 

L'accès aux sentiers de randonnée également en question

Plusieurs pistes impliquant les collectivités locales sont actuellement testées, pour éviter aux propriétaires de porter l'entière responsabilité juridique et ainsi permettre la réouverture des falaises, pour certaines avec succès.

Les fédérations d'escalade espèrent en outre démontrer aux maires et aux assureurs, chiffres à l'appui, que la discipline est bien moins dangereuse que ne le veut sa réputation.

Mais la réflexion devrait être plus large car en réalité, l'escalade est loin d'être la seule concernée par ces problématiques, estime Olivier Moret, directeur de la Fondation Petzl, une entité dédiée au soutien de "projets d'intérêt général en lien avec la montagne et le monde vertical". 

Conflit en Chartreuse

"On peut tout à fait imaginer que ça s'applique à énormément de pratiques récréatives
sportives en milieu naturel", souligne-t-il, mentionnant en exemple le litige opposant un marquis, propriétaire d'un grand domaine dans la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse, près de Grenoble, et des randonneurs à qui il en a récemment interdit l'accès.

Pour "sortir par le haut" des conflits, la Fondation soutient un projet visant à rédiger un nouveau texte de loi faisant consensus, qui pourrait donner "un statut particulier à ces espaces dont on reconnaîtrait le caractère de bien commun et l'intérêt général".

On est de fait arrivé à un "point de crispation" entre usagers et propriétaires sur ces questions et c'est donc "le bon moment pour en parler", estime-t-il.