• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

L'association Jeunes diabétiques dénonce l'arrêt maladie de deux pédiatres au CHU de Grenoble

© Jeunes Diabétiques de l'Isère
© Jeunes Diabétiques de l'Isère

Selon l'association, ces médecins sont "à bout, et en arrêt maladie, dû à leurs conditions de travail". Ces pédiatres diabétologues seraient trop peu nombreuses pour faire face à l'augmentation du nombre d'enfants suivis. Les familles disent les avoir vues s'épuiser au fil des mois. 

Par Jean-Christophe Pain

Dans son communiqué de presse, l'association Jeunes Diabétiques de l'Isère pose la question : "pourquoi nos enfants diabétiques ne sont plus pris en charge à Grenoble ?"

L'association salue le travail de l'équipe Grain de sucre, une équipe pluridisciplinaire composée de : 2 ETP (équivalents temps plein) de médecins pédiatres diabétologues, et 0,5 ETP d'infirmière puéricultrice. Alors que la Haute Autorité de Santé, toujours selon l'association, recommande 3 médecins diabétologues, plus 1 médecin endocrinologue, plus 3 puéricultrices. Cet écart expliquerait la situation difficle qui règne actuellement au CHU. 

Le nombre d'enfants suivis par cette équipe serait passé de 60 à 260 en 10 ans. 

L'association qui accompagne les familles depuis plus de 30 ans affirme bien connaitre "l'implication, l'engagement" de l'équipe. Elle ajoute : "les parents les ont vues se fatiguer, s'épuiser au fil des mois".

Vendredi 15 décembre, une délégation locale, et nationale, a été reçue par la direction de l'hôpital. Pour l'association, "l'organisation dégradée temporaire mise en place pour gérer uniquement les urgences ne saurait perdurer."

L'association a saisi la Commission des Usagers du CHU. Elle attend que l'hôpital puisse mettre en place une organisation pérenne très rapidement. Tout en étant consciente que la situation n'est pas spécifique à Grenoble. 

Selon le journal L'Humanité, les deux pédiatres souffraient d'une certaine pression "comptable" depuis plusieurs années de la part de leur direction. 

Cet après-midi, le CHU de Grenoble n'a pas répondu à nos questions.

Mais la ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclaré ce 19 décembre devant l'Assemblée Nationale au sujet du CHU de Grenoble : "encore aujourd'hui, les praticiens nous font remonter des difficultés, des tensions, la pédiatrie étant la dernière en date". Elle rencontrera début janvier la directrice générale du CHU de Grenoble, le président de la commission médicale d'établissement et le doyen de la faculté de médecine.

A lire aussi

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus