Le chef de file des gilets jaunes à Grenoble Julien Terrier : on est pour la transition écologique mais avec des moyens

Propulsé sur la scène médiatique à l'occasion de l'émergence des Gilets Jaunes, Julien Terrier la figure de proue de ce mouvement à Grenoble donne le chiffre de 7400 personnes ralliant la cause sur les  réseaux sociaux. Préparatifs, enjeux et objectifs de ce samedi 17 novembre.
Julien Terrier, 31 ans à la tête d'une toute jeune entreprise de rénovation et dépannage explique que la genèse du mouvement grenoblois provient... de Paris quand un de ses amis lui a envoyé l'information.

Constatant que sur la capitale des Alpes, aucun relai n'existait, il a amorcé la pompe et à sa grande surprise a récolté en une semaine 3000 participants.

Y-a-t-il eu déclaration en préfecture pour les actions envisagées?

Comme on ne peut pas définir un point A de départ et un point B d'arrivée  avec un nombre de personnes, on sort du cadre de la manifestation donc il n'y a pas eu de déclaration.

En revanche, plusieurs entretiens avec la police grenobloise ont eu lieu en amont  pour préparer le cortège et les actions.

Il y aura des voies d'accès réservées pour les urgences les véhicules prioritaires ou les personnes travaillant à l'hôpital.

Anti-écolos les Gilets Jaunes ?

Julien Terrier exprime par ailleurs que le mouvement n'est pas contre l'écologie bien au contraire "Nous sommes pour la transition écologique mais avec les moyens, qu'on nous propose un vrai projet! "
"On est contre la hausse des taxes sur les carburants, le problème c'est que seulement 20% est attribué à cette transition écologique, il faudrait que ce soit 100%".

Et après qui de la mobilisation ?

Tout dépendra de l'écoute du gouvernement à la suite de cette journée du samedi 14 novembre.







 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie politique manifestation prix du carburant consommation gilets jaunes société