Grenoble : la grève des transports en commun se poursuit, de nouvelles perturbations pour les bus et trams ce samedi

Publié le
Écrit par Antoine Belhassen
Le réseau de transports en commun de Grenoble est quasi à l'arrêt depuis un mouvement de grève initié vendredi 12 novembre.
Le réseau de transports en commun de Grenoble est quasi à l'arrêt depuis un mouvement de grève initié vendredi 12 novembre. © Dominique Semet/FTV

De nouvelles perturbations sont attendues, ce samedi 13 novembre, sur le réseau de transports en commun de Grenoble. Pour la deuxième journée consécutive, les agents de la Semitag demandent à leur direction de meilleures conditions de travail.

La grève se poursuit pour les agents de la Semitag. Après une première journée de mouvement social ce vendredi 12 novembre, les salariés de la régie de transports en commun de Grenoble sont de nouveau à l'arrêt ce samedi.

Aucun tram ne sera en fonctionnement tout au long de la journée. Seuls quelques bus devraient circuler uniquement entre 7 heures et 19 heures. Voici la liste :

- Chrono C1, C5 (toutes les 12 minutes) et C3, C4, C7 (toutes les 15 minutes) - Proximo 12 (toutes les 12 minutes)
- Proximo 14, 15, 21, 23 circuleront normalement
- Les lignes Flexo circuleront normalement

Le service PMR est fermé et n’assure pas de transport. Les agences, le service recouvrement et AlloTAG seront également fermés. L’agence Cars Région du Square ne vendra pas de titre TAG le 13 novembre.

Une grève d'ampleur

Les salariés demandent une hausse des salaires pour faire face à une situation, selon eux, de plus en plus dégradée depuis le début de la crise du Covid-19 : "Nous avons des services qui sont en sous-effectif, des conducteurs qui travaillent beaucoup plus que ce qu'ils devraient faire et les tâches ont augmenté dans tous les autres services de la Semitag", explique Fernando Martins, secrétaire syndical FO.

La direction entend les revendications, d'autant qu'il s'agirait du plus important mouvement social de la régie depuis une dizaine d'années. Mais, elle avoue ne pas pouvoir agir sur les salaires : "Sur la partie salariale, on ne peut malheureusement pas accéder à leur demande, parce que la crise Covid a chamboulé le fonctionnement de la Semitag et les économies de nos collectivités", réagit Philippe Chervy, directeur général du réseau.

Nous avons donc un déficit d'exploitation qui est de 8,5 millions d'euros sur 2020, et de l'ordre de 1,5 million sur cette année.

Philippe Chervy, directeur général du réseau TAG.

Il poursuit : "Nous avons donc un déficit d'exploitation qui est de 8,5 millions d'euros sur 2020, et de l'ordre de 1,5 million sur cette année."

"En ce qui concerne les conditions de travail, nous travaillons avec les partenaires sociaux pour voir quels services sont en question et quels sont les possibilités d'amélioration", conclut-il.

Ce mouvement social de deux jours devrait se finir ce samedi soir. Le trafic pourrait revenir à la normale, ce dimanche 14 novembre et en début de semaine prochaine.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.