Le festival "Détours de Babel" de Grenoble s'affranchit de tous les diktats musicaux

Pour sa 13ème édition, le festival Détours de Babel rassemble une nouvelle fois les artistes du monde entier dans l’agglomération grenobloise. Des sonorités et des chants venus d'ailleurs, garantie d'expériences musicales étonnantes. Une fièvre culturelle entêtante qui prendra vie des heures durant entre le 14 mars et le 10 avril.

Les scènes grenobloises vont trembler ! "Détours de Babel" réinvestit le département Isère pour embarquer les spectateurs dans de nouvelles représentations issues des quatre coins du monde. Si vous avez l'impression d'avoir tout entendu, cette édition 2023 vous prouvera le contraire à travers ses associations surprenantes de voix, ses costumes et ses mises en scènes saisissantes. Les sonorités que vous y entendrez n'ont rien de conventionnelles, et risquent probablement de vous interloquer. En bref, chaque scène est une découverte.  

Une immersion culturelle à 360°

À l'image de la co-directrice qui tient à garder un état d'esprit tranché par rapport aux autres festivals, "Détours de Babel" s'impose comme un évènement vivant, de caractère, qui sait faire entendre ses différences et se démarquer de la majorité. Un esprit de respect et de tolérance, qui prône l'ouverture d'esprit et qui balaye les cases préétablies.

"Les musiques que nous défendons sont absentes des grands médias et sont porteuses de messages d'ouverture au monde ! "

Joséphine Grollemund, co-directrice du festival

Ces mots-clés suffisent à résumer l'esprit de l'évènement. La musique de "Détours de Babel" résonne avant tout pour véhiculer un message : toute production musicale, quelle que soit son origine, mérite d'exister et d'être entendue par le plus grand nombre. L'engagement du festival est de briser les limites géographiques et de s'affranchir de tout diktat musical. Porter les 28 cultures présentes et leur offrir un moyen de s'exprimer et de raconter leurs histoires.

"Le festival Détours de Babel se décline sous de nombreuses formes, qui proposent une première approche de nouveaux univers musicaux hors des salles habituelles de spectacle, […] et dans des lieux de patrimoine rarement accessibles au public. "

Joséphine Grollemund, co-directrice du festival

Parmi les 250 artistes présents, les jazzmans se verront côtoyer des manieurs de gongs traditionnels philippins et même des joueurs de sacqueboute, outils complètement inconnus en métropole. Faute d'expertise, on ne se risquera pas à vous expliquer leur fonctionnement. Peu importe finalement, l'expérience musicale parlera d'elle même. Loin de se limiter aux musiques du globe, la proposition du festival s'étend aussi à des choix artistiques déroutants : mises en scène teintées de lumières, d'instruments hybrides, de bruitages science-fictionnels ou de vidéos immersives... Des spectacles conçus pour vivre une multitude d'expériences multisensorielles.

La production Circles voit ainsi sa musique prendre vie en temps réel sur un tableau numérique, se mouvoir puis disparaitre au gré des notes. Au final n’est-ce pas ce que l’on vient chercher aux "Détours de Babel" ? Perdre ses repères, sauter dans l’inconnu et s’ouvrir à une créativité simple et sans frontières...

Des brunchs musicaux

Au sein de la programmation, vous pourrez retrouvez des « brunchs musicaux », organisés dans des lieux singuliers tels que le parc Bachelard ou le Fort Barreaux. Des journées de plus de huit heures de musique, où les artistes et se succèderont sans discontinuer. Des styles et des univers qui s'entrecroiseront pour offrir au public un aperçu de la diversité musicale du festival. Parmi eux, difficile de résister à la performance de AA'IN, fusion de la culture vénézuélienne et colombienne. Des rythmes à mi-chemin entre le chant lyrique et l'héritage flamenco des deux pays, promesse d'une rare symbiose.

La genèse de la musique urbaine s'expose

Pour les férus de culture, l'exposition « Douce France » viendra ponctuer les animations du festival. À l'aide de ses dispositifs multimédias , elle retracera l’arrivée des grandes figures de la chanson issues de l’immigration ainsi que l’avènement de la culture urbaine, mise en lumière par la discographie du chanteur franco-algérien Rachid Taha, icone de l'exposition. Une histoire de recherche identitaire, de métissage et de rencontres qui ont formé des groupes tel que Carte de Séjour, et qui ont participé à élargir les perspectives du répertoire musical français. Une manière ludique de découvrir cet art souvent mal connu du grand public. 

Un programme varié et accessible

Avec ses 33 lieux d’accueil et ses 18 communes, le festival couvrira tout le département isérois. Loin de se cantonner aux simples concerts en salle, l’évènement promet des représentations variées, en plein air ou dans des lieux insolites. Parallèlement aux "brunchs", des représentations destinées aux plus jeunes, les « Babelino » seront mis en place. À noter également le lancement des « Babel tours »  véritables tournées des artistes dans les collèges, musées, places, et bibliothèques. Des concerts de proximité auront également lieu dans certains hôpitaux et communes rurales, afin de faciliter un maximum l’accès à l’esprit du festival. En tout, ce sont 80 rendez-vous musicaux qui rythmeront cette saison babeloise. Un dépaysement total, au plus près du public.

Pour connaître l'ensemble du programme du festival, consultez le site de Détour de Babel