Ligne SNCF Grenoble-Lyon : la moitié des TER supprimés aux heures de pointe, les usagers s'indignent

Publié le
Écrit par Margot Desmas avec Grégory Lespinasse
La moitié des TER entre Lyon et Grenoble seront supprimés aux heures de pointe jusqu'au 10 décembre.
La moitié des TER entre Lyon et Grenoble seront supprimés aux heures de pointe jusqu'au 10 décembre. © REMY PERRIN / LE PROGRES / MAXPPP

Face notamment à un manque de personnel, la SNCF a annoncé diviser par deux le nombre de TER circulant sur la ligne Grenoble-Lyon aux heures de pointe. La Région demande la mise en place de moyens de substitution.

Période délicate pour les usagers des trains entre Grenoble et Lyon. Sur cette ligne, deux fois moins de TER circulent actuellement aux heures de pointe. Avec plus de 22 000 voyageurs par jour, c'est pourtant l'axe le plus fréquenté de la région. Ses usagers subissent une baisse de la cadence des trains depuis lundi. Et la situation va se prolonger jusqu'au vendredi 10 décembre.

"Ca fait une heure que j'attends le prochain train parce que j'ai raté le précédent. C'est très compliqué par ce que je travaille à Lyon et j'habite à Grenoble", témoigne Béatrice ce jeudi matin.

Feuilles et branches sur les voies, chutes de neige… La SNCF estime avoir trop de rames en maintenance et manquer de personnel. Mais la Région Auvergne-Rhône-Alpes, en charge des trains régionaux, s'offusque et met en cause l'entreprise.

"Cette situation est inadmissible pour les milliers de voyageurs qui empruntent nos lignes TER chaque jour, et indigne de l’entreprise historique du transport public en France", peut-on lire dans le communiqué du Conseil régional qui pointe du doigt "une longue liste de dysfonctionnements".

Manque de moyens pour les syndicats

Pour les syndicats, le problème est bien plus profond avec, d'un côté, de multiples réorganisations à la SNCF, et de l'autre une pression financière de la Région.

"C'est la faute à trois acteurs : la Région qui s'y retrouve parce que, quand elle ne paye pas, ça lui permet de faire des démarches pour payer autre chose, le gouvernement qui veut développer le ferroviaire sans donner les moyens, et la direction de la SNCF qui joue avec le feu en supprimant des cheminots des services", liste Antoine Fatiga, responsable syndical à la CGT.

D'autres lignes régionales pourraient aussi subir des réductions de trafic comme Chambéry-Grenoble ou Mâcon-Lyon. La Région demande à la SNCF de mettre en place des "moyens de transports de substitution par autocar à la hauteur des besoins de nos concitoyens" sur les lignes impactées.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.