Mise en examen du maire de Montgardin pour viol et agressions sexuelles : le parquet de Grenoble saisi

Le maire de la commune de Montgardin, dans les Hautes-Alpes, a été mis en examen samedi 27 mars pour viol et agressions sexuelles. Sept jeunes filles ont porté plainte. Le parquet de Grenoble a été saisi et a ouvert une instruction.

Image d'illustration
Image d'illustration © Lionel VADAM/MAXPPP

Le maire d'un village des Hautes-Alpes a été mis en examen samedi pour viol et agressions sexuelles, des faits pour lesquels sept jeunes filles ont porté plainte et qu'il a reconnus, confirme Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. 

Âgé de 69 ans, l'édile avait été interpellé chez lui et placé en garde à vue jeudi dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte il y a deux semaines à Gap, comme l'avait évoqué vendredi le quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Plusieurs jeunes filles, âgées de 10 à 15 ans, ont dénoncé des faits d'agressions sexuelles et une de 16 ans a dénoncé un viol - une pénétration digitale ayant eu lieu en 2018 - selon le parquet. Sept ont porté plainte.

 

Des "caresses" sur les cuisses, les fesses et la poitrine

"Elles reprochent au maire de Montgardin de les avoir accueillies à son domicile pour des goûters, au cours desquels il en profitait pour leur faire des "câlins" en leur caressant les cuisses, les fesses ou la poitrine, ou en les attrapant par les hanches, a détaillé le procureur de Grenoble dans un communiqué.

"Certains faits dénoncés sont récents" et remonteraient à début mars, "d'autres auraient été commis quelques mois et plusieurs années auparavant", avait indiqué vendredi une source proche de l'enquête.

Des faits criminels de viol ayant été révélés, le parquet de Gap s’est dessaisi du dossier au profit du pôle de l’instruction de Grenoble et le parquet de Grenoble a ouvert une instruction.

Une information judiciaire a été ouverte et le mis en cause, qui a reconnu les faits, a été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineures de 15 ans, viol sur mineure de plus 15 ans et détention d'images pédopornographiques. Il encourt 20 ans de réclusion criminelle.

L'élu a été placé en détention provisoire.

           

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers