Sexisme Story: entre maltraitance et harcèlement, la star de téléréalité Loana décryptée par un journaliste grenoblois

Le journaliste Paul Sanfourche vient de publier "Sexisme Story, Loana Petrucciani" aux éditions Seuil. Il a mené une enquête sur la première reine de la téléréalité. En résulte un récit de 300 pages sans complaisance pour comprendre les rouages de cette machine infernale. 

Loana lors d'un tournage d'une émission, à Roquebrune-Cap-Martin le 9 mars 2021
Loana lors d'un tournage d'une émission, à Roquebrune-Cap-Martin le 9 mars 2021 © LP/Olivier Lejeune/MaxPPP

Il y a 20 ans, Loft Story embarque dans son sillage la France entière en consacrant une ère nouvelle : celle de la télé-réalité avec sa toute première reine, Loana. Elle est la première gagnante de ce jeu laboratoire qui, du 26 avril au 5 juillet 2001, captive les spectateurs.

Peu d'entre nous, médusés par la lame de fond, ont alors compris ce que cette émission allait changer dans notre paysage audiovisuel.

Dans son livre : "Sexisme Story, Loana Petrucciani" publié chez Seuil, le journaliste grenoblois Paul Sanfourche mène une enquête sur l'origine du mythe et ceux et celles qui y ont participé en posant une question: que nous apprend la vie de Loana sur notre société et son sexisme ordinaire ?

Sexisme Story : Loana Petrucciani un livre signé du journaliste Paul Sanfourche aux Editions Seuil
Sexisme Story : Loana Petrucciani un livre signé du journaliste Paul Sanfourche aux Editions Seuil

 

Paul Sanfourche est un journaliste, réalisateur et désormais écrivain, grenoblois d'origine, qui a un temps travaillé pour la télévision et France 2 en commençant par les matinales, puis les JT de 13 heures et 20 heures avant de poursuivre en format plus long pour le magasine Envoyé Spécial. 

© Emmanuelle Marchadour

Autant dire que le journaliste coche toutes les cases du professionnel sérieux et aguerri quand il décide d'amorcer un virage en se plongeant dans l'écriture avec un premier livre sur Loana et le phénomène de la téléréalité.

 

Un an d'enquête

Pendant un an, il va enquêter, amasser des documents, rencontrer des professionnels de tous bords, frapper à toutes les portes pour étayer son travail qui porte à la fois sur Loana et sur les ressorts de la téléréalité. Il suffit de regarder la bibliographie à la fin du livre pour être impressionné par la détermination de l'auteur.

Un auteur qui, d'emblée, doit batailler avec la suspicion de légitimité : Loana, est-ce un sujet digne d'une enquête journalistique ?

"Tout sujet est digne d'être traité si on se penche dessus avec le sérieux et l'honnêteté du journaliste, écrivain, enquêteur" explique-t-il. Il ajoute que, de toute façon, Loana, la première gagnante du Loft, adulée et détestée, cristallise sur sa personne toutes les problématiques emblématiques de notre époque.

En plus de 300 pages, il va nous amener à comprendre pourquoi et comment.

 

"Je ne connaissais même pas son nom"

Comme tout le monde, Paul Sanfourche connaît la belle, la blonde, la bimbo, qui émerge du Loft l'été 2001 avec la France à ses pieds mais il réalise très vite que non seulement il ignore tout de Loana, à commencer par son nom qu'il va lui rendre dans son titre, mais aussi qu'il projette sur elle tant de stéréotypes masculins voire machistes.

Lors de sa rencontre avec elle, il décrit "une bourrasque blonde toute de noire vêtue avec des petites touches de rose et des yeux qui se dérobent" et la baptise "la femme aux yeux sans tain". "Pendant ces heures de discussion, je n'ai fait qu'entrapercevoir Loana qui a intégré les règles du jeu médiatique", écrit-il

Deux autres livres ont déjà raconté le parcours de celle que certains appelaient la Cosette de la Croisette ou la Pamela du 06 :"Si dure est la vie, si tendre est la nuit" co-écrit avec Laurence Caracalla Plon 2017 et "Elle m'appelait Miette Pauvert" écrit en 2001 avec Jean-François Kervéan juste après la déflagration du Loft.

 

Un récit à la première personne

Mais petit à petit, notre écrivain enquêteur réalise qu'il doit changer de cap et descendre de son piédestal pour se mettre à égalité de son sujet. Le preux chevalier qui voulait du haut de son féminisme assumé prendre la défense de la femme blessée fend l'armure et décide d'entamer le récit à la première personne.

Une vraie remise en question bouscule notre auteur qui réalise combien il est lui aussi soumis à ces biais sexistes. "Il me semblait que j'étais naturellement immunisé contre le sexisme, explique-t-il. Etre féministe pour un homme c'est une tentative, jamais quelque chose d'acquis". 

Ainsi, Paul Sanfourche publie les messages qu'il envoie sur Instagram à Loana pour prendre contact avec elle et lui expliquer son projet de livre. Il publie également, avec son accord, ses réponses. Au fil des pages, nous suivons le parcours du journaliste avec parfois la porte qui se ferme, son attente et le temps qui passe sur la femme énigme, la femme aux yeux sans tain, celle qui se livre mais qui sait aussi se dissimuler.

 

Pourquoi Loana ?

"Elle est au carrefour de toutes les problématiques de notre époque #MeToo". La maltraitance des enfants, les violences conjugales, le déni de grossesse, le cyber harcèlement, Loana a tout subi et traversé.

Le journaliste se surprend de ne pas comprendre quand elle lui raconte d’un ton froid les mauvais traitements de son père. Il ressent un malaise et pense qu’elle ment, tout simplement.

Et c’est alors qu’on lui parle de distanciation de ces mémoires traumatiques, anesthésie émotionnelle, sidération, avec notamment les travaux de Muriel Salmona psychiatre et présidente de l'association Mémoire traumatique et victimologie : "L'enfance maltraitée est une bombe à retardement… Ces enfants développeraient une forme d'incapacité à savoir s'entourer des bonnes personnes". 

Et notre enquêteur d'expliquer aussi qu’il a bien failli faire une erreur d’interprétation quand Loana lui raconte son déni de grossesse avec son oubli de pilule. "Encore une fois, j’ai failli ne pas la croire". 

Il décrit aussi précisément comment on a instruit à son encontre, le procès de mauvaise mère, quand on apprend, alors que le Loft bat son plein, que Loana a une petite fille de 3 ans, Mindy dont elle n’a pu s’occuper à sa naissance.

De cette maternité en suspens, il va aussi retracer le fil en contactant le juge des enfants en charge du dossier de Mindy. Il tente aussi de rencontrer celle qui est aujourd’hui une jeune femme et maman.

Quel impact sur la jeune femme de 23 ans et sa petite fille, le rouleau compresseur de la télé- réalité a-t-il imprimé ? Du sel sur une plaie béante selon l'auteur : "Qu'on laisse les mauvaises mères tranquilles, elles et leurs enfants et qu'on s'intéresse un peu plus à la mauvaise télé, à ses mauvais producteurs ou la mauvaise presse et ses mauvais journalistes". 

 

Sa réaction au livre ?

"Je lui ai bien envoyé et je sais qu'elle l'a apprécié. Elle en a dailleurs parlé plusieurs fois sur les plateaux télé avec précision et sympathie" se félicite l'auteur. 

"Au moment de la célébration des 20 ans du Loft, avec toute cette agitation, ces émissions autour de cet anniversaire, on doit être respectueux après tout ce qu'elle a subi... Son destin personnel, c'est une chose, mais son destin médiatique, c'est la mesure de nos responsabilités collectives."

Sexisme Story est aussi l'histoire des rouages implacables de cette télé-réalité qui peut provoquer des ravages sur des candidats souvent recrutés avec des failles béantes de personnalité.

 

Envie de continuer ?

"Oui, j'ai adoré l'expérience de l’écriture et de l’enquête et je suis en train de réfléchir au prochain... Après le féminisme, j'aimerais approfondir le thème de la virilité et de la masculinité" conclut Paul Sanfourche.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture télévision médias livres