• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

IMAGES. Les impressionnantes performances de highliners européens réunis à Lans-en-Vercors (Isère)

La 7e édition du Marmotte Highline Project s'est tenu du 4 au 7 juillet 2019 à Lans-en-Vercors (Isère) / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
La 7e édition du Marmotte Highline Project s'est tenu du 4 au 7 juillet 2019 à Lans-en-Vercors (Isère) / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Lans-en-Vercors (Isère) accueille jusqu'à ce dimanche le plus grand rassemblement européen de highline. Des photos à couper le souffle.

Par E.K.

Mieux vaut ne pas avoir le vertige. Depuis jeudi, les meilleurs "highliners" européens sont réunis à Lans-en-Vercors (Isère) pour le Marmotte Highline Project. Depuis 7 ans, ce festival mythique rassemble des funambules passionnés dans un cadre d'exception, entre le plateau des 4 Montagnes et les falaises des Ramées. A flanc de montagnes, les participants marchent au-dessus de 300 mètres de vide.
 
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

A Lans-en-Vercors, l'accent est mis sur l'échange et la sécurité. Aucune compétition. Débutants ou confirmés : il y a en pour tous les goûts avec deux spots et 18 sangles de 15 m à 400 m de longueur. Tous les participants sont bien sûr attachés et une équipe de bénévoles veille au bon déroulé des traversées. 
 
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
 
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Cette pratique, née dans les années 1980 qui consiste à marcher pieds nus sur une sangle plate ('slack'), fait appel au sens de l'équilibre et l'agilité. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le plus dur n'est pas de marcher mais de se relever après une chute.
 
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

De plus en plus populaire, la highline peut s'exercer en ville et dans les parcs. Mais elle a conquis ses lettres de noblesse en se diversifiant : "Ce n'est plus comme avant où il fallait simplement marcher sur la ligne. Maintenant, il y a des disciplines freestyle", explique Pablo Signoret, highliner des Hautes-Alpes.

Reportage : Florine Ebbhah et Dominique Bourget

A lire aussi

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : à Olby l'eau est partiellement de retour

Les + Lus