Cet article date de plus de 5 ans

"La justice a ses faiblesses", réagit le père de Sofiane après le verdict de la rixe d'Echirolles

Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane, estime que la vérité n'a pas été dite au cours du procès des douze accusés du double meurtre d'Echirolles en septembre 2012. Deux accusés ont été acquittés à l'issue de ce procès, qui se tenait à huis clos à la cour d'assises des mineurs l'Isère.
Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane, quitte la cour d'assises de l'Isère à Grenoble le 12 décembre, après l'énoncé du verdict dans l'affaire de la rixe d'Echirolles.
Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane, quitte la cour d'assises de l'Isère à Grenoble le 12 décembre, après l'énoncé du verdict dans l'affaire de la rixe d'Echirolles. © France 3 Alpes
"La vérité n'a pas été dite", a estimé Mohamed Tadbirt, le père de Sofiane, après l'énoncé du verdict de la cour d'assises de l'Isère dans l'affaire de la rixe d'Echirolles. Dix des douze accusés du double meurtre de Kevin et Sofiane ont écopé de 8 à 20 ans de prison, les deux autres ont été acquittés.

Il y a une amnésie générale et beaucoup de mémoire sélective", regrette le père de Sofiane.


"Les peines sont très faibles, et il y a beaucoup d'absents", a regretté le père de Sofiane, pour qui "douze autres" responsables "sont (toujours) dehors". "Ce n'est pas deux ou trois personnes qui ont pu faire ça, c'est bien plus que douze", a-t-il confié. 

"Il y a une amnésie générale et beaucoup de mémoire sélective", a-t-il estimé. Pour lui, "le ministère public aurait pu être plus fort dans sa présence, dans l'intérêt des victimes et des parties civiles".

Interview
durée de la vidéo: 03 min 33
"La justice a ses faiblesses et ses imperfections", réagit le père de Sofiane après le verdict ©France 3 Alpes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers criminalité justice société