Loi immigration : Éric Piolle appelle à manifester contre "un recul inédit des protections et des droits"

Plus de 300 élus de gauche et écologistes, dont le maire de Grenoble Éric Piolle, ont appelé à manifester, ce dimanche 21 janvier, pour réclamer l'abandon de la loi immigration. Un rassemblement aura lieu à 14 heures dans la capitale des Alpes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Cette loi bafoue des principes issus de la Révolution française avec la remise en cause du droit du sol" et "consacre un recul inédit des protections et des droits garantis aux étrangers dans notre pays", écrivent les 321 édiles signataires de la tribune publiée ce vendredi 19 janvier dans Libération.

Parmi eux, le maire de Grenoble Éric Piolle (Les Écologistes), de Lyon, Gregory Doucet (Les Écologistes), celle de Nantes, Johanna Rolland (PS), de Lille, Martine Aubry (PS), ou celui de Montreuil, Patric Bessac (PCF). Les élus appellent d'une même voix à participer aux manifestations qui auront lieu dimanche dans plusieurs villes de France. À Grenoble, le rassemblement est prévu à 14 heures, au départ de la rue Félix Poulat. 

Une "victoire culturelle de l'extrême droite"

La loi adoptée par le Parlement en décembre "criminalise les personnes sans papiers en rétablissant le délit de séjour irrégulier, mais en plus, elle restreint l'accès aux prestations sociales et au logement, pour les étrangers qui séjournent de manière régulière en France", ajoutent les signataires.

Dénonçant dans ce texte "la victoire culturelle de l'extrême droite sous les dehors aimables du en même temps", les élus considèrent que la mise en œuvre de la réforme conduirait "à appauvrir durablement des dizaines de milliers de familles et d'enfants" et aurait des "conséquences très graves pour nos villes, nos métropoles, nos départements et nos régions".

Adopté au forceps par le Parlement, le projet de loi immigration restreint notamment le versement des prestations sociales pour les étrangers, instaure des quotas migratoires, remet en question l'automaticité du droit du sol et rétablit un "délit de séjour irrégulier".

Dans une précédente tribune, publiée dans Mediapart et L'Humanité, quelque 200 personnalités - acteurs, écrivains, journalistes ou encore responsables politiques et représentants syndicaux - ont déjà appelé à manifester le 21 janvier contre la promulgation de cette loi immigration. Une première manifestation, à l'appel d'associations de défense des sans-papiers, a déjà rassemblé des milliers d'opposants le 14 janvier dans toute la France.