À Lorette, une saga politique se joue autour d'un maire de 84 ans décidé à rester au pouvoir

Ils étaient une soixantaine mardi 2 mai autour de leur maire pour une réunion publique. À 84 ans, Gérard Tardy a défendu son bilan malgré une série de démissions dans son équipe depuis 2020. Il se représente pour de nouvelles élections ce dimanche 7 mai.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À Lorette, petite ville de 4.700 habitants, le Gier coulait paisiblement depuis la première élection de son maire en 1989. Bref, à Lorette, "c'était bien, c'était chouette". Mais en 2020, Gérard Tardy s'engage pour le "mandat de trop" selon ses opposants.

Un maire polémiste

Les polémiques de cet ancien combattant agacent. Dans une tribune parue en 2021, il vante la colonisation en Algérie, condamne le Général de Gaulle pour "sa trahison [...] en acceptant la signature des Accords d'Evian" et demande au Gouvernement algérien de "remercier la France" pour ce qu'elle lui a laissé. En 2022, il accorde son parrainage à Eric Zemmour pour l'élection présidentielle. Enfin, il doit comparaître en juin prochain devant le tribunal correctionnel pour avoir fait abattre 11 chèvres en divagation sur sa commune.

Résultat, une dizaine de démissions dans son équipe d'élus. Gérard Tardy, 84 ans, ne compte pas rendre les armes. Pour les élections municipales anticipées qui se dérouleront ce dimanche 7 mai, il s'est présenté mardi soir devant une cinquantaine d'administrés avec une nouvelle équipe. Face à lui se présentera Julien Lequeux, ex-colistier de Gérard Tardy  que le maire sulfureux n'a pas hésité à traiter de "tête à claques" lors d'un conseil municipal en février dernier.

Un bilan assumé

Gérard Tardy garde son programme de 2020 "avec quelques traits supplémentaires qui se sont imposés comme l'extension de l'école de musique ou la réfection de la médiathèque". Le maire explique que ces 34 années lui ont permis de rendre sa ville plus attractive. "Aujourd'hui, Lorette est enviée. C'est pas pour rien que nous avons réalisé la baignade naturelle qui attire 25.000 visiteurs par an, c'est pas pour rien qu'on vient de penser à maintenir un patrimoine historique de 300 ans avec la réhabilitation du canal de Zacharie. C'est pour donner aux Lorettois une vie plus agréable."

Une opposition motivée

Avec ses 27 colistiers, Julien Lequeux est en ordre de bataille. Ancien colistier de Gérard Tardy en 2020, il ne siégera avec la majorité pour un seul conseil municipal. "J'ai rapidement déchanté. Les décisions et les polémiques ne me convenaient absolument pas." Il dénonce la gestion de Gérard Tardy. "Je venais sur sa liste pour m'investir, pour proposer des choses. Là, j'ai eu face à moi un maire qui décide de tout et qui n'accepte pas les propositions de ses colistiers".

Parmi ses propositions, Julien Lequeux désire moderniser l'administration de la commune. "Cela s'est beaucoup complexifié en 34 ans. Pour la moindre demande, l'inscription au périscolaire, à la cantine, une demande de subvention, il faut venir sur place et remplir des documents. Demain, avec notre liste, c'est 100% des démarches en ligne ou en présentiel" promet le candidat.

Pour y parvenir, Julien Lequeux compte sur son projet de faire adhérer la commune au Syndicat intercommunal de la vallée du Gier (SIVG). "Aujourd'hui, la ville de Lorette est isolée dans la vallée" regrette-t-il. Le candidat estime que cette adhésion permettrait à la médiathèque de la commune de faire partie du réseau Itinérance des médiathèques de la vallée, qu'elle donnerait accès aux Lorettois à un tarif préférentiel à la piscine Génilac et qu'elle apporterait des "économies d'échelle en achetant groupé".

L'empire de Gérard Tardy contre attaque

Un point de vue contesté par l'équipe municipale restante qui vante sa gestion financière. Gérard Tardy n'a jamais souhaité rejoindre le SIVG. Devant les adminstrés mardi soir, Evelyne Oriol, son adjointe aux finances, explique avoir "baissé les impôts de 1% en 2022. La proposition faite par l'opposition de baisser de 2% par an est irréaliste, surtout en augmentant le nombre de fonctionnaires territoriaux. Ce projet, c'est leur talon d'Achille. Les impôts communaux représentent 36% du budget de fonctionnement de Lorette, quand c'est 43% dans les communes environnantes."

Nouvelle élection

Une nouvelle élection se tiendra le dimanche 7 mai 2023. En plein milieu d'un pont de mai, le taux de participation reste difficile à anticiper.