Coronavirus : un enseignant d'un Institut Médico-éducatif de la Loire tire la sonnette d'alarme

Des instituts médico-éducatifs qui continuent d'accueillir de jeunes handicapés malgré les mesures de confinement rendues obligatoires par le gouvernement. Le personnel continue à se rendre sur place. En Auvergne Rhône-Alpes, l'un des enseignants ne comprend pas. 

Quelle protection pour les personnels des IME qui accueillent encore des enfants ?
Quelle protection pour les personnels des IME qui accueillent encore des enfants ? © maxppp

Coup de gueule d'un enseignant dans un des IME de la région Auvergne Rhône-Alpes, qui a souhaité gardé l'anonymat. Il ne comprend pas pourquoi malgré la situation de crise sanitaire actuelle et l'obligation de confinement, son Institut médico-éducatif (IME) continue d'accueillir de jeunes handicapés.
 

On a le sentiment d'être oubliés


Alors que les écoles, collèges, lycées et universités sont fermés depuis lundi 16 mars pour faire face à la propagation du Coronavirus, d’autres structures d’accueil de jeunes adolescents semblent échapper à la consigne: les Instituts médicaux éducatifs (IME). Il ne cache pas son sentiment de faire partie des oubliés de la crise sanitaire.

Il ne comprend pas pourquoi la structure dans laquelle il travaille a accueilli des jeunes lundi 16 mars et en accueillait encore ce mardi 17 mars. Il dénonce "une contradiction" entre les mesures de confinement obligatoires édictées par le gouverment et la situation dans son établissement: "On nous demande de venir au travail malgré les mesures de confinement !" s'alarme-t-il.

Les Instituts médicaux éducatifs (IME) accueillent en moyenne 70 à 80 adolescents atteints de déficience intellectuelle légère à moyenne. "Certains de ces adolescents ont une santé fragile, parfois avec des difficultés respiratoires," explique l'enseignant.
Alors que les réunions amicales, professionnelles et familiales sont prohibées en raison du risque potentiel de contamination au Covid-19, il dénonce une mise en danger de la santé des jeunes mais aussi du personnel, enseignants, éducateurs spécialisés, psychologues et autres personnels de service. Il ne cache pas son inquiétude pour ses proches, en cas d'aller-retour au travail.

Son Institut est ouvert aux jeunes du lundi au vendredi. Ces derniers vivent soit dans leurs familles, soit en familles d'accueil ou encore en Maison d'Enfance à Caractère (MECS). Aujourd'hui, l'IME serait encore ouvert d'après ses informations pour ceux qui ne peuvent dormir chez eux la semaine. Ils seraient encore au nombre de 5. Information qu'il n'a pas été possible de vérifier à ce stade. 
 

Quid du télétravail ?


L'enseignant se demande notamment pourquoi une solution de télétravail n'a pas été mise en place immédiatement, pour assurer par exemple les réunions du personnel et le suivi avec les familles des jeunes. L'enseignant s'interroge : pourquoi les IME de la région ne sont pas tous logés à la même enseigne ?  "les IME et ITEP de l'Ain ont fermé". Une situation incompréhensible selon lui.

L'enseignant actuellement auprès de ses enfants confinés à la maison, redoutait d'avoir à retourner au travail. Il devrait normalement rester chez lui cette semaine. Selon ses dires, la situation pour les jeunes encore accueillis dans son IME devrait être réglée d'ici lundi. En attendant, deux à trois éducateurs se relaient. 

Les Instituts Médico-Educatifs (IME) ont pour mission d’accueillir des enfants et adolescents handicapés atteints de déficience intellectuelle quel que soit le degré de leur déficience. La liste des Instituts médico-éducatifs de la région
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société handicap éducation