Loire : une thérapie de rééducation des membres supérieurs par l'illusion

Au foyer d'accueil médicalisé de Chandieu dans la Loire, les soignants ont recours à la la thérapie par simulation visuelle intensive (IVS). Une version numérique de la thérapie miroir mise au point par une start-up stéphanoise.

Le foyer d'accueil médicalisé de Chandieu, lieu de vie de personnes hémiplégiques, utilise la thérapie par simulation visuelle intensive (IVS). Un dispositif qui leurre le cerveau en lui transmettant une fausse information positive. 

"Voir un mouvement, c'est déjà le faire"

Amandine Klepper, ergothérapeute

Une illusion pour tromper le cerveau et guérir

Grâce à cette méthode, Valentin réapprend à utiliser ses mains. 14 ans après un accident de la route et un grave traumatisme crânien, il souffre toujours de raideurs dans une main et de tremblements dans l'autre. Lors de cette thérapie miroir "augmentée", il est placé face à un écran d'ordinateur, son avant-bras est dissimulé par l'écran de telle façon que son cerveau ait l'illusion que l'avant-bras de l'écran (session enregistrée par une personne valide) soit le prolongement de son bras (cf photo ci-dessus). Le cerveau croit ainsi que c'est son bras droit qui bouge et ceci sans douleurs associée. "Les patients voient leur membre non douloureux et en fonctionnement. Le fait de le voir et de répéter intensément les séances permet de diminuer la douleur et d'améliorer la motricité" explique l'ergothérapeute. "C'est ce qu'on appelle la plasticité cérébrale, des connexions sont recréées dans le cerveau et quelque chose qui ne fonctionne pas bien va ainsi s'améliorer".
Souvent un membre qui ne fonctionne pas est délaissé peu à peu par la personne. Grâce à cette méthode, le patient se réapproprie son intégrité physique et gagner en autonomie.

Une rééducation plus douce et plus précise

La thérapie miroir existe depuis de longues années. Ce dispositif en ajoutant la vidéo a simplifié la rééducation tout en augmentant l'illusion pour le patient. C'est une start-up stéphanoise, Dessintey, qui a mis au point ce dispositif dès 2018, à partir des travaux du Professeur Pascal Giraux. Au départ destiné à des patients récemment cérébro-lésées suite à un AVC par exemple, il a pour la première fois été testé à la résidence alpha Champdieu sur des personnes souffrant de handicap depuis plus de 2 ans. Les résultats sont jugés probants. Les progrès se font sur des mouvements plus précis pour les patients : se doucher, se raser, exécuter des mouvements préfinis là où la rééducation classique travaille plus sur la mobilité en général. Les séances sont enregistrées et peuvent être reproduites à l'infini. Le patient est comme immergé dans une expérience.

"C'est plus précis que la rééducation. Valentin est convaincu par cette méthode. Au fil des séances, il tremble moins. "Aujourd'hui, je me douche plus facilement, me raser c'est pas encore ça. J'ai encore du mal à prendre un verre pour boire sans en mettre de partout mais je progresse". Droitier, il est déterminé à retrouver sa motricité d'avant. 

Un produit 100% ligérien

Le dispositif est développé, fabriqué et assemblé à Metrotech à Saint-Jean Bonnefond dans la Loire. Il a obtenu le marquage médical CE en 2018. Aujourd'hui, 80 hôpitaux et centres de rééducation en France sont équipés tout comme plusieurs établissements belges, suisses, allemands, espagnoles. Un autre système pour les membres inférieurs, notamment le pied, est en cours de mise au point.

durée de la vidéo : 02min 36
La thérapie par simulation visuelle intensive ©France 3 Loire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société technologies économie start-up entreprises recherche sciences