Loire : Un stylo Bic à 24 550 euros

La maison Tournaire n’en est pas à son premier coup médiatique. Après sa triplette de boules de pétanque à 100.000 euros en 2016, le joaillier forezien fait aujourd’hui dans le stylo 4 couleurs de luxe. Son prix 24 550 euros.

La version la plus luxueuse est en or rose sertie de 202 diamants. Elle a été présentée mercredi 13 octobre et est désormais en vente sur internet et en boutique moyennant la somme de 24.550 euros. Le plus populaire des stylos Bic, le fameux 4 couleurs qui colonise les trousses d’écoliers depuis 50 ans devient un objet d’exception. C’est Mathieu Tournaire le joaillier basé à Savigneux dans la Loire qui a conçu avec l’artiste Richard Orlinski ce Bic le plus cher au monde :

« C’est vraiment un stylo emblématique. Moi à titre personnel je l’utilise tous les jours. L’histoire a commencé comme ça. J’avais ce stylo et on me disait que ça ne faisait pas très classe. Du coup je l’ai personnalisé avec du bronze et puis j’ai eu ensuite la chance de rencontrer le directeur de chez Bic. Il a adoré l’idée et c’est comme ça qu’est né le partenariat il y a 2 ans »

En septembre 2020 le bijoutier se lance dans la fabrication du précieux stylo. Après 11 mois de travail  et plus de 500 heures de développement le 4 couleurs, pensé comme une œuvre d’art brille de mille feux. Huit exemplaires de la version or et diamants sont depuis 10 jours à la vente moyennant la coquette somme de 24500 euros. D’autres modèles allant de 390 à 11.000 euros sont également édités. Destinés aux collectionneurs et à mettre en avant le savoir-faire de la maison Tournaire ce Bic de luxe sera exposé lors de salons professionnels.

La maison Tournaire multiplie les partenariats

Ce n’est pas la première fois que le bijoutier ligérien fait parler de lui en détournant des objets du quotidien. En 2016 le joallier avait tour à tour orné de diamants et d’or des boules de pétanques, un casque audio et une bouteille de rhums. Cette dernière avait été vendue 100.000 euros.

« C’est l’ADN de la maison de détourner des objets. Mon père avant d’être joaillier a commencé en fabriquant des bijoux avec des objets récupérés ici ou là, des fourchettes etc. Quand on n’a pas beaucoup de moyens il faut être créatif. Et puis aujourd’hui grâce à notre outil productif, on a plus de  réactivité qu’un grand groupe pour se lancer dans ce genre de défi »

Pour l’instant quelques amateurs d’arts ou collectionneurs sont intéressés par l’achat de ce stylo en or et diamants. Les potentiels acquéreurs se laissent, aux dires de la maison Tournaire, un temps de réflexion. Les autres séries en bronze à 390 euros commencent à trouver preneur.

L’année prochaine le bijoutier forezien compte diversifier son activité et proposera une gamme d’objets décoratifs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art insolite économie