Loire : une marche silencieuse organisée ce samedi 5 juin en hommage à Youssoufa, poignardé à mort à Saint-Etienne

Une marche silencieuse se déroulera ce samedi 5 juin à 14h à Saint-Etienne pour rendre en hommage à Youssoufa, poignardé à mort dans le quartier de La Métare. La scéne avait filmée par des riverains. Trois suspects ont été mis en examen et écroués.

Une marche silencieuse sera organisée ce samedi 5 juin à Saint-Etienne, en hommage à Youssoufa poignardé à mort le 26 mai dernier
Une marche silencieuse sera organisée ce samedi 5 juin à Saint-Etienne, en hommage à Youssoufa poignardé à mort le 26 mai dernier © France 3 Rhône-Alpes

La famille du jeune Youssoufa, poignardé à mort à Saint-Etienne mercredi 26 mai, organise une marche silencieuse ce samedi 5 juin à 14h dans le quartier de La Métare.
Les faits d’une violence inouïe se sont déroulés la semaine dernière, le mercredi 26 mai, vers 21h30.

Youssoufa, un jeune homme de 26 ans de nationalité sénégalaise et gambienne, papa d’un bébé de trois mois, a été poignardé par une dizaine de personnes. Il a succombé à ses blessures.

Trois suspects, âgées de 28, 32 et 62 ans, dont un père et son fils, ont été mis en examen pour meurtre avec armes en réunion. Ils ont été écroués.

La scène a été filmée par des riverains, témoins de la scène. Cela a permis d’identifier les agresseurs et de rapidement les interpeller. La vidéo sera également clé lors du procès. Elle a été postée sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’agression. Mais elle ne cesse de tourner de plates-formes en plates-formes, ce qui relance les débats.

La vidéo du meurtre tourne sur internet, ce qui fait débat

Initialement la vidéo du meurtre de Youssoufa a été postée sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’acte criminel. Le problème est que cette vidéo qui montre un déchainement de violence ne cesse de tourner sur les réseaux sociaux.  La vidéo a fait des milliers de vues. L’agression de Youssoufa est intervenue peu de temps après celle d’un jeune livreur, lui aussi noir, en région parisienne. Les réactions avaient été très nombreuses sur le web, d’autant que le caractère raciste était avéré. Les #negrophobie se sont multipliés.
Concernant Youssoufa, le parquet de Saint-Etienne poursuit l’enquête, mais pour l’heure le caractère raciste n’est pas retenu.

Entre dénonciation et voyeurisme, la frontière est faible.

La vidéo dénonce en même temps qu’elle atteint l’intégrité du jeune père de famille poignardé à mort et celle de son entourage.
Ce n’est pas la première fois que ce type de vidéos circule sur internet. Et cela pose question. Il s’agit d’un vrai débat de société. Les GAFA ne sont pas les seuls responsables, les seuls à résoudre ce phénomène de société. Les politiques devront-ils légiférer ? La question se pose. Elle a été posée, par Anthony Laurent notre journaliste de France 3 Loire, à Samir Hadj Belkacem, professeur de sociologie et chercheur à l’Université de Saint-Etienne.

''Nous avons des phénomènes de fascination de la violence qui existent depuis que l’homme est l’homme explique Samir Hadj Belkacem, professeur de sociologie et chercheur à l’Université de Saint-Etienne. Aujourd’hui, il y a des visibilités massives de ces violences en ligne, avec un enjeu de régulation de ces violences, notamment sur les réseaux sociaux. On compte sur les usagers pour faire un travail alors que ce travail devrait être de la responsabilité des entreprises qui gagnent de l’argent avec les réseaux sociaux ou de la responsabilité de l’Etat, en particulier de la justice qui doit agir sur ces acteurs. Et on le voit souvent, que ce soit les réseaux sociaux ou l’Etat, on attend que ce soient les utilisateurs qui signalent, qui fassent ce travail-là. Cela pose question''.

''Ce que l’on a vécu pendant le confinement, poursuit le professeur, et ce que l’on vit comme retour à la normale avec le déconfinement, cela a des effets aussi. On redécouvre certaines violences qui existaient auparavant mais avec la visibilisation qui est celle que l’on connaît aujourd’hui. Mais cela a des effets sur notre perception. C’est tout ce qui est expliqué entre d’une part le sentiment d’insécurité que d’ailleurs certains veulent amplifier, et, d’autre part, la sécurité réelle que vivent les individus au quotidien''.

Le départ de la marche silencieuse aura lieu à 14 heures, depuis le 7B rue Colette, à Saint-Etienne, dans le quartier de La Métare. Là où le meurtre de Youssoufa a eu lieu.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société