Saint-Etienne : 22 trafiquants de stupéfiants condamnés à des peines de prison

Jeudi 11 juin, le tribunal correctionnel de Saint-Etienne a condamné à la prison 22 personnes impliquées dans un vaste trafic de stupéfiants démantelé l'année dernière. Ils ont écopé de peines de prison allant jusqu'à cinq années. 
Tribunal de Saint-Etienne
Tribunal de Saint-Etienne © S. Cozzolino

Concernant un vaste trafic de stupéfiants démantelé l'année dernière, les audiences devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne se sont déroulées entre le 25 et le 29 mai dernier. Le tribunal avait mis sa décision en délibéré. Ce jeudi 11 juin, la justice vient de condamner à la prison 22 personnes impliquées dans ce trafic. 

Un total de 38 années de prison ferme

Dans son jugement, le tribunal a reconnu coupables de participation à ce trafic 22 des 24 prévenus. Ils ont été condamnés à des peines de prison allant jusqu'à cinq années. "Au total, ce sont 38 années de prison ferme qui ont donc été infligées à ces 22 trafiquants, dont 7 étaient encore sous les verrous à la suite de détentions provisoires, les autres ayant été placés sous contrôle judiciaire avant l'audience, parfois après avoir subi une période de détention provisoire durant une partie de l'instruction," a indiqué le parquet de Saint-Etienne. 

Neuf prévenus ont été condamnés à de la prison ferme (des peines allant de 30 mois à 5 ans de prison), 10 à de la prison ferme assortie d'une période de sursis et trois autres au sursis complet.
Les peines de deux d'entre eux, de nationalité étrangère, sont assorties d'une interdiction définitive du territoire national, selon la même source. Enfin, deux compagnes de trafiquants de cannabis et de cocaïne principalement, ont quant à elles été relaxées. 

Le tribunal a par ailleurs prononcé la confiscation de divers véhicules, de la drogue et des sommes d'argent saisis.


Une enquête de plusieurs mois et deux réseaux distincts

L'enquête de police avait démarré fin 2017 après l'interpellation d'un homme qui vendait des stupéfiants dans un établissement de nuit de Saint-Etienne. "Sur la base de cette interpellation, un réseau plus vaste de trafic de stupéfiants était mis à jour impliquant des individus déjà connus des services et de la justice, certains pour des affaires de même nature," a rappelé le parquet de Saint-Etienne.

Les vendeurs de stupéfiants sévissaient dans différents quartiers populaires de Saint-Etienne, notamment dans les quartiers du Clapier ou de Saint-Roch. Le parquet avait requis en octobre 2018  l'ouverture d'une information judiciaire. Lors des investigations, les enquêteurs ont découvert un second réseau. 

Le 5 février 2019, les enquêteurs du groupe de lutte contre les stupéfiants de la Sûreté Départementale ont mené une importante opération de police. Durant cette opération, dix personnes constituant le premier réseau ont été interpellées. Les policiers ont également saisi de d'argent liquide (jusqu'à 6500 € en un seul paquet), des stupéfiants (cannabis, cocaïne) ou encore des téléphones portables.

En juin 2019, c'est une seconde opération d'envergure qui a été menée et a permis l'arrestation de membres du second réseau. Sept personnes ont été interpellées.

24 personnes renvoyées devant la justice

A l'exception d'un mis en cause de 50 ans, les personnes interpellées avaient entre 25 et 30 ans, et certaines déjà été condamnées pour trafic de stupéfiants. Au final, le démantèlement des deux réseaux a abouti au renvoi de 24 personnes devant le tribunal correctionnel. 

Les protagonistes de chaque réseau ont été renvoyées devant la justice lors d'audiences dédiées, de deux jours chacune, les 25-26 et 28-29 mai.

Quinze personnes ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel dans le cadre du premier réseau de trafic de stupéfiants pour des faits commis entre décembre 2017 et février 2019. Pour le second réseau, neufs personnes étaient renvoyées devant le tribunal correctionnel pour des faits de trafics de stupéfiants sur une période située entre octobre 2018 et juin 2019. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société drogue faits divers