Mont-Blanc : un bloc de glace de 15 000 m³ se détache du sérac Whymper

Un effondrement s'est produit dans la partie italienne du massif du Mont-Blanc, dimanche. Un bloc de glace de 15 000 m³ s'est détaché du sérac Whymper. L'accès à la zone en contrebas du sérac avait été interdit 24 heures auparavant.

Quelque 15 000 m3 de glace se sont détachés du sérac Whymper, dans le massif du Mont-Blanc.
Quelque 15 000 m3 de glace se sont détachés du sérac Whymper, dans le massif du Mont-Blanc. © Fondazione Montagna sicura / Facebook
Le sérac Whymper de nouveau touché par un effondrement. Quelque 15 000 m³ de glace se sont détachés dans la nuit de samedi à dimanche 18 octobre, aux alentours de 4 heures du matin, dans le secteur de Courmayeur (Italie).

L'alerte a été donnée dès vendredi par la Fondation Montagna Sicura, constatant qu'une partie du sérac devenait instable. Le relevé photogrammétrique montre que l'avalanche de glace s'est arrêtée à une altitude d'environ 2 700 mètres, rapporte l'agence de presse Ansa Valle d'Aosta (en italien).
 
 

Effondrements réguliers


La mairie de Courmayeur avait signé vendredi une ordonnance interdisant l'accès à la zone en contrebas du sérac qui domine le couloir central des Grandes-Jorasses, dans le massif du Mont-Blanc. L'accès au chemin qui mène au refuge Boccalatte-Piolti a également été interdit. L'effondrement s'est produit 24 heures plus tard, l'ordonnance va rester en vigueur encore quelques jours.
 
La commune de Courmayeur rappelle que les effondrements, qui se produisent régulièrement sur le sérac, ne risquent pas d'affecter les zones habitées du Val Ferret. Perché à quelque 4 000 mètres, ce glacier froid "croît cycliquement et augmente de volume jusqu'à ce qu'il arrive à un point de non-équilibre, qui se manifeste par une augmentation de la vitesse de déplacement, c'est-à-dire une accélération, qui conduit à l'effondrement", expliquent les chercheurs impliqués dans l'étude du régime thermique de la masse glaciaire au site Montagna TV (en italien).

Le sérac Whymper, sous haute surveillance depuis 20 ans, a connu un gros effondrement en 2014. La moitié du bloc de glace était tombée. "C’est un événement comparable à celui du 30 juin 1998, sauf que tout le sérac était tombé et que l’avalanche était descendue jusque à la vallée", expliquait Marco Vagliasindi, géologue pour la Fondation Montagna Sicura à Montagnes magazine.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
italie international montagne nature