Naissances en baisse en Auvergne-Rhône-Alpes : les chiffres dans votre département

En Auvergne-Rhône-Alpes, 90 300 enfants sont nés en 2018 selon une étude publiée par l’Insee. / © Alexandre Marchi/MaxPPP
En Auvergne-Rhône-Alpes, 90 300 enfants sont nés en 2018 selon une étude publiée par l’Insee. / © Alexandre Marchi/MaxPPP

En 2018, selon l'Insee, le nombre de naissances baisse en Auvergne-Rhône-Alpes avec 90 300 naissances. L’Allier, le Cantal ou encore la Haute-Loire enregistrent une baisse, le Rhône résiste et la Haute-Savoie fait figure d'exception avec une forte hausse. 

Par D.Cros avec Insee

Combien d’enfants sont nés, en 2018, en Auvergne-Rhône-Alpes? 90 300 selon une étude publiée par l’Insee. Un chiffre en baisse. Lors de la précédente étude en 2010, la région enregistrait 92 040 naissances. 

La région comme le reste de la France enregistre une baisse depuis huit ans. Elle s’est particulièrement accentuée sur les quatre dernières années. L'âge plus tardif de procréation et la diminution de la fécondité sont des facteurs explicatifs.
 
Dans la région, l’âge moyen de la mère à la naissance est de 30,9 ans en 2018 contre 26,5 ans en 1975. Cela s’explique par des parcours d’études plus longs, la place croissante des femmes sur le marché du travail et les moyens de contraception.


Cette baisse de la natalité est également liée à une évolution de la structure de la population par âge. En effet, entre 2010 et 2017, la part de femmes dans les tranches d’âge les plus fécondes baisse, dans la région comme en France métropolitaine.

Du Cantal au Rhône, la natalité varie du simple au double

Le département du Rhône est celui où la natalité est la plus forte. En 2018, il enregistre 25 510 naissances. Vient ensuite l’Isère avec 14 060, la Haute-Savoie avec 9 910 et la Loire avec 8 440 naissances.

Des chiffres bien éloignés du Cantal qui arrive en dernière position dans la région. En 2018, 1 110 enfants sont nés dans ce département. En 2016, le taux de natalité était de 7,3 quand celui du Rhône était de 14,2. Dans la région, le Cantal est le plus fortement pénalisé par la structure par âge de sa population. À elle seule, elle explique un différentiel de natalité de 23%. De nombreuses jeunes femmes quittent le département pour faire des études supérieures ou trouver un emploi.

Sur les dix dernières années, c’est en Auvergne que les baisses les plus fortes sont enregistrées. Dans le Cantal mais aussi dans l’Allier et en Haute-Loire. La baisse est supérieure à 12% entre 2010 et 2018.

Haute-Savoie, rare département en France où les naissances augmentent

La Haute-Savoie fait figure d’exception. Elle fait partie des cinq départements de France métropolitaine a voir sa courbe augmenter. Alors que le nombre de naissances enregistrées en 2016 était de 9 710, il a augmenté pour atteindre 9 910 en 2018. Soit une hausse de + 4%.

Si le nombre d’enfants par femme baisse dans ce département, la hausse des naissances s’explique par l’arrivée sur le territoire de femmes, notamment aux âges où la fécondité est la plus forte.

En Auvergne-Rhône-Alpes, les femmes ont en moyenne 1,88 enfant. L’âge des mères lors de l’accouchement croît pour atteindre 30,9 ans en 2018.

Sur le même sujet

Lyon : la Cité de la Gastronomie a ouvert ses portes ce samedi

Les + Lus