A La Tour-d'Auvergne, une scierie abandonnée reprend vie grâce à des galoches du Cantal

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.V. avec Mathis Merlen

A La Tour-d'Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, une boutique de galoches a ouvert ses portes fin juin. Elle s'est installée dans une ancienne scierie, à l'arrêt depuis 60 ans. Un morceau de patrimoine qui reprend vie grâce à une vieille chaussure oubliée qui revient à la mode.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Il ne faut pas confondre une galoche avec un sabot. Les deux ont une semelle de bois, les deux sont composés de cuir mais la galoche a un talon contrairement au sabot où le pied est plus libre. Sur les étals de la boutique à La Tour-d’Auvergne dans le Puy-de-Dôme, les deux chaussures s’affichent dans toutes les couleurs du marron traditionnel au rose fuchsia.

« Combien il chausse, le monsieur ? » Eric Mas, le patron des Galoches du Cantal, connaît ses produits sur le bout des doigts.  « 42-43 ? Alors c’est celle-ci ! » Et voici le monsieur, très certainement touriste de passage, galoches marron aux pieds, qui fait les cent pas pour tester ces souliers d’autrefois. « C’est un peu lourd… » Il enfile alors une paire de sabots.

Depuis fin juin, depuis que les Galoches du Cantal ont ouvert leur première succursale à La Tour-d’Auvergne, la boutique ne désemplit pas. « Nous avons 40 à 50 personnes qui entrent dans la boutique chaque jour, c’est un très bon démarrage commercial ! », se réjouit Eric Mas. Mais le Cantalien reste prudent, il attend de passer l’hiver et de voir l’été prochain avant de crier victoire. Malgré tout, il est très optimiste. « Je suis venu hors saison à La Tour-d’Auvergne, je me suis posté sur le parking de la boutique et j’ai compté le nombre  de voitures qui passaient. » Et le résultat a achevé de le convaincre. Oui, il allait tout faire pour que ce projet de boutique, à plus de 2h30 du siège de l’entreprise, puisse voir le jour. « Et j’ai pu constater que La Tourd’Auvergne était une station de montagne qui vivait énormément. » La commune n’est qu’à quelques kilomètres des pistes de ski et attire les touristes aussi bien l’été que l’hiver.

Et puis cet emplacement ! Ce bâtiment ! Quand la mairie de La Tour-d’Auvergne lui a soumis le projet de faire revivre l’ancienne scierie du village, Eric Mas a été plus que séduit. « Ce n’est pas un monument historique mais nous sommes quand même dans l’ancienne scierie qui a coupé du bois pour la commune pendant plus de 100 ans ! »

Au milieu des galoches, fabriquées à Marcolès dans le Cantal, la scie verticale a gardé sa place. « Nous avons laissé la passerelle sur la rivière pour que les clients puissent aller voir le mécanisme qui est en-dessous. » La scierie Roux, comme on l’appelle encore, fonctionnait à l’origine avec une roue à aube. Les engrenages sont toujours visibles.

Lorsque Gérard Roux s’y promène, ce sont tous ses souvenirs d’enfants qui reviennent. Son père en fut le dernier exploitant.  « Il était tout seul. Ce n’était pas industriel. C’était vraiment artisanal. Nous sommes bien contents que ça revive car le bâtiment est resté 60 ans sans bouger. »

Lieux atypiques

La scierie s’est arrêtée en 1955. Elle attendait depuis de revenir à la vie. La mairie en est devenue propriétaire en 2003 et a cherché un projet pour lui redonner son cachet d’antan.

Eric Mas a répondu présent. Depuis son Cantal. Avec ses galoches à l’ancienne. Il avait déjà repris en 2013 une entreprise dont les origines se perdent dans les tréfonds du 19e siècle.  « On mélange le patrimoine, le culturel et l’artisanat ! », s’enthousiasme-t-il.

Tellement enthousiaste qu’il ne souhaite qu’une chose aujourd’hui : que d’autres maires lui proposent des lieux atypiques pour que les Galoches du Cantal puissent partir à la conquête du reste de la France.

Car la galoche est redevenue tendance. A Marcolès dans le Cantal, ils sont quatre désormais à fabriquer près de 3000 paires par an.