• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Canicule : comment certaines communes du Puy-de-Dôme se préparent aux fortes chaleurs

L’air saharien va envahir le pays avec des températures maximales entre 35 et 39 degrés sur les 3 quarts du pays de mardi 25 juin à vendredi 28 juin. / © Jean-Marc Quinet / MAXPPP
L’air saharien va envahir le pays avec des températures maximales entre 35 et 39 degrés sur les 3 quarts du pays de mardi 25 juin à vendredi 28 juin. / © Jean-Marc Quinet / MAXPPP

Dès dimanche 22 juin, les températures vont grimper sur la France. Le département du Puy-de-Dôme n’y échappera pas. Face à la canicule annoncée dès mardi 25 juin, certaines communes s’organisent.
 

Par Catherine Lopes

A partir du dimanche 22 juin, le thermomètre va s’affoler dans l’hexagone. L’air saharien va envahir le pays avec des températures maximales entre 35 et 39 degrés sur les 3 quarts du pays de mardi 25 juin à vendredi 28 juin. Le département du Puy-de-Dôme n’échappera pas à la canicule.
 
Dès à présent, la préfecture du département relaye des conseils de comportement sur les réseaux sociaux. Par exemple, elle indique le numéro de la plateforme téléphonique d’information au public « Canicule Info Service », accessible dès le lundi 24 juin au 0800 06 66 66. En fonction des températures et des prévisions pour les prochains jours, le plan canicule pourra être activé.
 

Un registre des personnes vulnérables

Dans la commune d’Ambert comme dans d’autres villes du département, un registre des personnes fragiles est ouvert. Ainsi, suite à de précédents épisodes de canicule, le gouvernement a demandé aux communes d’établir un registre des personnes âgées et des personnes handicapées de leur commune, vivant à domicile. L’objectif est de pouvoir apporter des conseils et une assistance à ces personnes vulnérables en cas de fortes chaleurs prolongées. La commune d’Ambert propose aux personnes âgées de 65 ans et plus, aux personnes de plus de 60 ans reconnues inaptes au travail et aux personnes handicapées de se faire connaître. La demande d’inscription doit être réalisée par la personne concernée, par son représentant légal ou par un tiers. Elle est facultative et doit faire l’objet d’une démarche volontaire.
A Cébazat, le maire Flavien Neuvy indique : « Sur notre commune, c’est le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) qui gère le registre des personnes vulnérables. Nous relayons sur les réseaux sociaux des messages de prévention ».

 

Sur le même sujet

Le patrimoine ferroviaire roule encore

Les + Lus