À Bahreïn, la délégation auvergnate dans l'attente de l'inscription des Puys à l'Unesco

De gauche à droite : Éric Langlois, cartographe, Benjamin Van Wyk de Vries, volcanologue, et Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, se sont déplacés à Manama (Bahreïn) pour défendre auprès du comité de l'Unesco la candidature de la chaîne des Puys. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes
De gauche à droite : Éric Langlois, cartographe, Benjamin Van Wyk de Vries, volcanologue, et Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, se sont déplacés à Manama (Bahreïn) pour défendre auprès du comité de l'Unesco la candidature de la chaîne des Puys. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

L’aventure de la chaîne des Puys à l’UNESCO se terminera ici à Barheïn en juillet 2018, quelque soit le résultat. Après Doha en 2014, la délégation auvergnate est revenue au Moyen-Orient ce 29 juin, déterminée à obtenir la reconnaissance au patrimoine mondial de l’humanité.
 

Par Julien Lecoq

Il règne à Barheïn une chaleur à couper le souffle, 40 degrés qui vous prennent à la gorge dès le lever du soleil. Manama est une capitale sans ombre, une ville de buildings et d’autoroutes où la climatisation est reine.

L’Unesco a choisi ce tout petit royaume du golfe persique pour organiser son 42ème comité. Les sessions ont lieu dans une salle attenante à l’un des plus grand complexes hôteliers que compte Manama : Le Ritz Carlton, un lieu un peu triste transformé en village planétaire. Plus d’une centaine de pays représentés, des délégations hautes en couleurs, souvent en habits traditionnels. Ambiance festival diplomatico-folklorique, avec milieu de tout ça, notre délégation puydômoise, très sobre.

 

 

De meilleurs auspices

Cette équipe de douze personnes - ils sont technicien, politique, cartographe, géologue - va défendre bec et ongles l'inscription de la chaîne des Puys-faille de Limagne au patrimoine mondial. Tous étaient déjà à Istanbul en juillet 2016 lors du deuxième passage devant le comité. À l’époque, avec l’avis défavorable de l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN), la candidature partait lourdement handicapée. Résultat : renvoi du dossier, retour à la case départ.

 


"À Istanbul, on était en mode actif. Il fallait convaincre des pays qui ne l’étaient pas, ne pas rater la moindre occasion d’argumenter. Ici, c’est différent, l’argumentation est déjà faite. On peut se projeter sur l’avenir », explique l’agronome Yves Michelin, dans les couloirs du comité.
 


Que s’est-il passé entre temps ? L’équipe s’est remise au travail. Oublié le critère esthétique, peu évident aux yeux des experts de l’UICN. La candidature mise tout sur l’atout scientifique. La chaîne des Puys-faille de Limagne est un livre de science à ciel ouvert pour comprendre le phénomène de rift. Un "haut-lieu tectonique", c’est ainsi qu’est rebaptisé le dossier.

 
 
La salle de conférence de Manama (Bahreïn) qui accueille, du 24 juin au 4 juillet, la 42e session du comité du patrimoine mondial, composé de multiples délégations internationales. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne
La salle de conférence de Manama (Bahreïn) qui accueille, du 24 juin au 4 juillet, la 42e session du comité du patrimoine mondial, composé de multiples délégations internationales. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne
 

Rien n'est encore gagné

Le 28 mai, le verdict tombe. Le Puy-de-Dôme décroche enfin l’avis d’inscription de l’UICN. Tous les voyants sont au vert. Dans l’histoire de l’UNESCO, seul un pays s’est vu refuser la reconnaissance après avoir obtenu cet avis. Reste à espérer que l'incident de séance du 30 juin n'aura pas de conséquence sur le dossier auvergnat. L'ambassadeur de France à l'Unseco a vertement reproché au comité d'avoir rejeté le dossier du centre-ville historique de Nîmes.
 
À Bahreïn, la délégation auvergnate dans l'attente de l'inscription des Puys à l'Unesco
Un incident a eu lieu le 30 juin dans la salle plénière où se déroule la 42e session du comité du patrimoine mondial. - France 3 Auvergne-Rhône-Alpes - Reportage : Julien Lecoq et Laurent Pastural.
 


L’équipe arrive à Barhein confiante mais vigilante. "Ce n’est pas une formalité pour autant ! estime Jean-Yves Gouttebel, le président du département. Il faut reprendre contact avec les délégations qui composent le comité, répondre à leurs dernières interrogations". Et attendre le coup de marteau qui fera entrer la chaîne des Puys au Patrimoine Mondial de l’Humanité. La décision est attendue au plus tard lundi dans la matinée. 
 
La décision de l'Unesco "n'est pas une formalité" juge Jean-Yves Gouttebel
Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, est à Manama (Bahreïn) pour défendre l'inscription de la chaîne des Puys au patrimoine mondial de l'Unseco. - France 3 Auvergne - Reportage : Julien Lecoq et Laurent Pastural. Montage : Gilles Malfray.

 

Les grandes étapes de la candidature

  • Janvier 2013 : l’État retient les candidatures de la Chaîne des Puys-faille de Limagne et de la grotte Chauvet-Pont d’Arc pour représenter la France devant le Comité du patrimoine mondial de 2014.
  • Juin 2014 : décision de renvoi du 38e Comité du patrimoine mondial : reconnaissance de la valeur universelle exceptionnelle du site mais demande d’informations complémentaires, notamment sur la gestion.
  • Automne 2015 : visite de terrain de l’UICN (L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature) en présence de scientifiques internationaux.
  • Janvier 2016 : un dossier complémentaire a été déposé au Centre du patrimoine mondial répondant aux questions soulevées à Doha lors de la première candidature.
  • Fin mai 2016 : les experts de l'UICN rendent un avis défavorable sur l'inscription de la Chaîne des Puys au patrimoine mondial de l'UNESCO.
  • Juillet 2016 : 40e comité du patrimoine mondial de l'UNESCO à Istanbul en Turquie. Le dossier de la Chaine des Puys n'est pas validé et devra être réexaminé.
  • Juin 2018 : Le Puy-de-Dôme relance une nouvelle candidature lors de la 42e session du comité du patrimoine mondial, réuni à Manama (Bahreïn) du 24 juin au 4 juillet.

Sur le même sujet

Notre page consacrée à l'affaire Meunier dans le JT du 22 octobre

Les + Lus