L'inscription de la chaîne des Puys à l'Unesco “n'est pas une formalité,” juge Jean-Yves Gouttebel

En compagnie d'une délégation auvergnate, le président du conseil départemental du Puy-de-Dôme Jean-Yves Gouttebel a fait le déplacement jusqu'à Manama, la capitale du Bahreïn, où le verdict concernant la chaîne des Puys sera rendu le 1er ou le 2 juillet. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne
En compagnie d'une délégation auvergnate, le président du conseil départemental du Puy-de-Dôme Jean-Yves Gouttebel a fait le déplacement jusqu'à Manama, la capitale du Bahreïn, où le verdict concernant la chaîne des Puys sera rendu le 1er ou le 2 juillet. / © Laurent Pastural/France 3 Auvergne

En déplacement à Bahreïn pour défendre l'inscription de la chaîne des Puys-faille de Limagne au patrimoine de l'Unesco, Jean-Yves Gouttebel reste prudent quant au verdict de la commission. Lui et la délégation puydômoise devront répondre aux questions d'experts pour voir leur projet réalisé.

Par V.P. avec Julien lecoq

L'Auvergne saura bientôt si la chaîne des Puys-faille de la Limage entrera au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. La candidature du puy-de-Dôme est étudiée ce week-end du 30 juin et 1er juillet 2018 à Manama, la capitale de l'émirat de Bahreïn.

La délégation auvergnate qui porte le dossier, menée par le président du conseil départemental, est arrivée devant le comité de l'Unesco dans la matinée du 30 juin. "Il va y avoir des questions auxquelles il va falloir répondre au mieux, et c'est pour cela que la délégation est très complémentaire dans sa composition," explique Jean-Yves Gouttebel.
 

 


Se rapprocher des autres délégations

C'est la dernière ligne droite et l'heure n'est pas au relâchement. "Ce n'est pas une formalité. La décision, c'est le comité du patrimoine mondial qui la prend," rappelle l'élu départemental. "Il faut quand même rester vigilant, lance Éric Langlois, cependant plus serein qu'à Istanbul. La délégation a à cœur de se rapprocher, d'ici le 2 juillet, des autres délégations qui composent le comité, afin de voir son projet réalisé.
 


 
La décision de l'Unesco "n'est pas une formalité" juge Jean-Yves Gouttebel
Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, est à Manama (Bahreïn) pour défendre l'inscription de la chaîne des Puys au patrimoine mondial de l'Unseco. - France 3 Auvergne - Reportage : Julien Lecoq et Laurent Pastural. Montage : Gilles Malfray.

Les grandes étapes de la candidature

  • Janvier 2013 : l’État retient les candidatures de la Chaîne des Puys-faille de Limagne et de la grotte Chauvet-Pont d’Arc pour représenter la France devant le Comité du patrimoine mondial de 2014.
  • Juin 2014 : décision de renvoi du 38e Comité du patrimoine mondial : reconnaissance de la valeur universelle exceptionnelle du site mais demande d’informations complémentaires, notamment sur la gestion.
  • Automne 2015 : visite de terrain de l’UICN (L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature) en présence de scientifiques internationaux.
  • Janvier 2016 : un dossier complémentaire a été déposé au Centre du patrimoine mondial répondant aux questions soulevées à Doha lors de la première candidature.
  • Fin mai 2016 : les experts de l'UICN rendent un avis défavorable sur l'inscription de la Chaîne des Puys au patrimoine mondial de l'UNESCO. 
  • Juillet 2016 : 40e comité du patrimoine mondial de l'UNESCO à Istanbul en Turquie. Le dossier de la Chaine des Puys n'est pas validé et devra être réexaminé. 
  • Juin 2018 : Le Puy-de-Dôme relance une nouvelle candidature lors de la 42e session du comité du patrimoine mondial, réuni à Manama (Bahreïn) du 24 juin au 4 juillet.

Sur le même sujet

Cérémonie de passation du Drapeau de la Résistance à Oyonnax (Ain)

Les + Lus