COVID 19 : Michelin, Banque de France, CHU de Clermont-Ferrand ...drôle de Noël pour les comités d’entreprise

COVID 19 oblige, les comités d’entreprise ont dû bien souvent renoncer à leur arbre de Noël. A Clermont-Ferrand, c’est le cas de plusieurs CSE (comités sociaux et économiques) qui sont contraints de revoir le programme de leurs festivités habituelles.
 
Cette année, dans de nombreuses entreprises, le Père Noël ne passera pas lors des traditionnels arbres de Noël, comme ici chez Michelin.
Cette année, dans de nombreuses entreprises, le Père Noël ne passera pas lors des traditionnels arbres de Noël, comme ici chez Michelin. © CSE Michelin
Depuis quelques jours, depuis Chamalières, Jérôme Dargent, secrétaire adjoint du CSE (comité social et économique) de la Banque de France, multiplie les coups de téléphone. Une course contre la montre s’est engagée : elle vise à maintenir le traditionnel spectacle de fin d’année, en dépit de la crise du COVID 19. Il raconte : « Nous sommes en train de nous battre pour essayer de maintenir le spectacle de Noël. Nous souhaiterions le faire le 20 décembre au Sémaphore de Cébazat. On attend 500 personnes. Le gouvernement a annoncé un plan de déconfinement et indiqué que le 15 décembre, si les indicateurs sont bons, on pourra rouvrir les salles de spectacle. Les artistes sont d’accord. Le protocole sanitaire sera très renforcé. On veut se battre pour maintenir ce spectacle. Cela fait plus d’une vingtaine d’années qu’il est proposé. Ce serait dommage de ne pas le faire cette année ». Le spectacle est habituellement proposé aux salariés des sites de la Banque de France de Chamalières et de Vic-le-Comte. « Cela représente 700 personnes à Chamalières et 200 à Vic-le-Comte. Le CSE est financé grâce à 2,4% de la masse salariale » confie-t-il.

Des spectacles annulés chez Michelin

Michel Desormière, secrétaire général du CSE Michelin, a dû la mort dans l’âme faire une croix sur les spectacles de fin d’année de la manufacture clermontoise. Il explique : « Nous proposons habituellement plusieurs spectacles de Noël, dont un pour les 0-5 ans, avec une troupe de la région. Il attire environ 800 enfants. On a essayé de le maintenir jusqu’à très récemment mais vu les contraintes, on a préféré l’annuler. Il faut que l’on puisse garantir la sécurité des parents et des enfants. De plus, on a potentiellement des parents qui sont inquiets et qui ne viendront pas. Il y a un deuxième spectacle pour les enfants de 5-11 ans. On travaille avec un inter CE, Cezam. Les contraintes gouvernementales interdisaient des jauges de plus de 1 000 personnes. Sezam a donc annulé car on attendait 2 000 à 3 000 personnes environ ». Il ajoute : « De plus, on proposait un troisième spectacle en partenariat avec La Comédie de Clermont-Ferrand. Le Slava snow show. On avait privatisé une représentation pour proposer le spectacle à un tarif attractif. Là aussi ça a été annulé. Le COVID 19 nous fait renoncer à tous les événements un peu de masse que l’on a. On a aussi un marché de producteurs qui a été annulé ».

Une jolie cagnotte

Renoncer à certains événements a permis à certains CSE de constituer une véritable cagnotte. C’est le cas pour le CSE de la marque au Bibendum, où la somme économisée est plutôt rondelette. Mais la culture du secret propre à Michelin oblige les dirigeants du CSE à en taire le montant. « On se retrouve avec un cagnotte. Ce montant est relativement conséquent. On va avoir environ 14 % de la dotation annuelle qui va être économisé. Ce n’est pas tout dû à Noël, mais aussi aux annulations des colonies de printemps, des voyages en avion pour les vacances d’été. Mais on n’est pas dans une logique de redistribution financière. On réfléchit à des actions pour 2021 » indique Michel Desormière. Une solution de compensation a été trouvée chez Michlelin : « On offre aussi aux enfants des chèques cadeaux. Cette année, le montant va être augmenté. Ce n’est pas une véritable compensation car ce ne remplacera jamais cet esprit de fête et de lieu de cohabitation sociale. Habituellement, la dotation est de 30 ou 40 euros et cette année elle sera de 50 euros pour les enfants jusqu’à 13 ans ».

Réenchanter l'année 2021

A Clermont-Ferrand, 10 583 salariés bénéficient des activités du CSE Michelin. « L’ADN de nos actions est le lien social et de pouvoir offrir à tous des moments de fête. On est très perturbés par cette crise qui nous touche. Ca nous pousse aussi à inventer de nouveaux modes de développement et à être créatifs dans nos offres. On est très motivés pour réenchanter l’année 2021 » indique le secrétaire général du CSE Michelin. Il précise : « Un CSE comme le nôtre fonctionne avec deux budgets. Il y a le budget des activités économiques, qui représente 0,22% de la masse salariale. Il y aussi un budget pour les activités sociales et culturelles, qui est le fruit d’une négociation entre les syndicats et la direction de Michelin. Cet accord date de 1968 et n’a pas été réévalué depuis : il est de 1,28437% de la masse salariale ».

Compenser l'annulation des festivités

Renoncer au spectacle de fin d’année, Véronique Gomes, présidente du CASC, Comité d’activités sociales et culturelles, des agents la Ville de Clermont-Ferrand et du CCAS (centre communal d’action sociale), y a aussi été contrainte. Elle souligne : « Chaque année, un distribution de jouets de Noël a lieu pour le personnel municipal. Les enfants ne sont pas censés y assister. Dans un deuxième temps, un spectacle est proposé. On a voulu que les enfants deviennent plus acteurs de leur arbre de Noël donc l’année dernière on avait mis en place des structures gonflables à la Maison des sports et cela avait remporté un grand succès. Pour cette année, on avait 1 700 inscrits entre les enfants et leurs parents. On est très frustrés car on a été obligés d’annuler. On avait prévu des ateliers de maquillage, de jeux, pour les petits et les adolescents. C’était une ambiance de fête foraine en quelque sorte. C’est la mort dans l’âme que l’on a tout annulé car il était impossible de respecter les consignes sanitaires. On va distribuer aux parents les jouets de Noël dans le respect des gestes barrières les 11 et 12 décembre. En compensation, comme les enfants n’auront pas leur arbre de Noël, ils recevront une belle boîte de friandises en plus ». A la Ville de Clermont-Ferrand, le budget alloué pour l’arbre de Noël pour 900 enfants est de 70 000 euros pour les jouets et de 14 000 pour les festivités. Les friandises sont budgétisées à hauteur de 7 000 euros. Le budget annuel est de 350 000 euros avec 2 agents à temps plein mis à disposition. « On n’a pas de cagnotte en plus. Les subventions nous viennent de la Ville de Clermont-Ferrand et c’est au bon vouloir du maire et du président du CCAS, qui est aussi le maire. Ce n’est jamais suffisant car on est loin du 1% de la masse salariale. On le renégocie chaque année. La mairie ne nous a pas donné de subvention exceptionnelle cette année » déclare Véronique Gomes. Cette annulation des festivités de Noël est une première dans l’histoire du CASC, fondé en 1997. « Ce n’est que partie remise » veut croire la présidente du CASC, Comité d’activités sociales et culturelles, des agents la Ville de Clermont-Ferrand et du CCAS. Pas moins de 3 500 personnes en bénéficient à Clermont-Ferrand.

La distribution de jouets de l'Amicale du CHU maintenue

L’Amicale du CHU de Clermont-Ferrand intervient auprès du personnel des 3 sites du CHU. Axel Farghin, président de l’Amicale du CHU de Clermont-Ferrand, raconte : « En général pour Noël, il y a un spectacle début décembre à la Maison des sports et une distribution de jouets pour les enfants du personnel. Cette année, COVID oblige, le spectacle est annulé mais la distribution des jouets est maintenue ». Il poursuit : « La somme économisée suite à l’annulation du spectacle a été remise dans les jouets. Un petit Mickey a été racheté et va être offert à chaque enfant. C’est une petite surprise. La moyenne de la dotation varie. Pour que chaque enfant soit satisfait on essaie que le jouet des plus jeunes soit moins onéreux et un peu plus pour le plus grand. Les personnels ont le choix parmi un catalogue. Les enfants y ont droit jusqu’à 10 ans ». Chaque année, environ 2 500 enfants reçoivent un cadeau. L’Amicale est mandatée par la direction du CHU. Cette dernière précise : « Cette année, le budget alloué au Noël des enfants est de 65 600€, comprenant les cadeaux, les goûters et les cadeaux supplémentaires à la place du spectacle ». Au CSE de la Banque de France, la crise sanitaire oblige à se réinventer pour l’année prochaine. Jérôme Dargent, secrétaire adjoint du CSE, conclut : « On avait programmé 3 grands voyages pour une centaine de personnes à chaque fois. Ils ont été reportés à 2021. Les sociétés de tourisme nous ont fait des à valoir pour 2021. On a déjà payé 30 % du voyage. On réfléchit à d’autres idées de voyages. On va essayer de se relocaliser sur des activités en France. On espère repartir sur des voyages longs courriers ». Les CSE d’entreprises plus modestes sont également amenés à revoir leurs plans pour Noël. Pas sûr que le traditionnel passage du Père Noël, amenant cadeaux et mandarines ne se fasse cette année.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements entreprises économie social coronavirus/covid-19 santé société