Dans cette association de Clermont-Ferrand, des salariés exclus du Ségur de la santé réclament des revalorisations salariales

Publié le
Écrit par C. L avec Cyrille Genet

Après le Ségur de la santé en février dernier, des revalorisations de salaires ont été accordées aux personnels soignants et aux travailleurs sociaux. Mais dans les associations ceux qui assurent les fonctions support, qui effectuent les tâches administratives, n'en ont pas bénéficié. Une inégalité que dénoncent les salariés et leur direction. C’est le cas à l'Union Départementale des Associations Familiales du Puy-de-Dôme.

A l'Union Départementale des Associations Familiales du Puy-de-Dôme (UDAF), située à Clermont-Ferrand, on gère près de 2 000 dossiers d’aide au logement ou de tutelle. En première ligne, on trouve les travailleurs sociaux, et avec eux leurs collègues indispensables à une prise en charge globale des personnes et des familles. Johanne Maciel, comptable à l’UDAF 63, souligne : « Si on prend les agents d’accueil, les secrétaires, les comptables, on a tous une part de quelque chose dans cette mesure de protection. C’est important que l’Etat le reconnaisse ».

 

Des missions variées

Sonia Bobrowsky est mandataire de tutelle. Elle gère le dossier d’une soixantaine de personnes et ça ne se passe pas toujours à son bureau.  « On va au commissariat pour une personne qui est victime dans une affaire. On assiste les personnes et on les représente lors de procès en correctionnelle, devant le juge des affaires familiales. Cela fait partie intégrante de notre travail » explique la mandataire judiciaire à la protection des majeurs.



durée de la vidéo : 01min 47
Après le Ségur de la santé en février dernier, des revalorisations de salaires ont été accordées aux personnels soignants et aux travailleurs sociaux. Mais dans les associations ceux qui assurent les fonctions support, qui effectuent les tâches administratives, n'en ont pas bénéficié. Une inégalité que dénoncent les salariés et leur direction. C’est le cas à l'Union Départementale des Associations Familiales du Puy-de-Dôme. Intervenants : Johanne Maciel, comptable à l’UDAF 63 / Sonia Bobrowsky, mandataire de tutelle ©C. Genet / L. Laborie / B. Ordas

"On a aussi besoin de vivre"



Après le Ségur de la santé, comme les soignants, les travailleurs sociaux ont bénéficié d’une hausse de salaire chaque mois de 183 euros mais pas leurs collègues des services administratifs. Sonia Bobrowsky poursuit : « Aujourd’hui un travailleur social qui a bac + 3 va rentrer à 1 300-1 400 euros. Cela ne fait pas rêver. On ne fait pas ce travail pour forcément gagner de l’argent, mais on a aussi besoin de vivre. On a un besoin de reconnaissance de la part de la société ».

En posant la question de leurs moyens, ces associations et leurs salariés veulent aussi alerter sur l’attention que notre société mobilise pour les personnes les plus fragiles.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité