• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Eléphante Maya : la préfecture du Puy-de-Dôme ne détecte aucune maltraitance

L'éléphante Maya dans le parc du cirque La Piste d'Or dans le Lot et Garonne. / © La Piste d'Or - Ralph Falck
L'éléphante Maya dans le parc du cirque La Piste d'Or dans le Lot et Garonne. / © La Piste d'Or - Ralph Falck

La préfecture du Puy-de-Dôme a dépêché deux vétérinaires spécialisés pour examiner l’éléphante Maya et a annoncé ne détecter aucune maltraitance. Une pétition a réuni près de 70.000 signatures pour exiger son placement dans un zoo.

Par Marc Taubert

Le cirque "La Piste d’Or" s’est attiré les foudres d’associations défendant la cause animale car il possède une éléphante : Maya. Une pétition avait dénoncé de graves maltraitances envers l’animal. La préfecture du Puy-de-Dôme a donc fait examiner Maya et dit "n’avoir observé aucun élément, tant en matière de détention, qu’en matière d’état physiologique, qui motive une action administrative ou pénale particulière".

Cette polémique fait suite à l’installation du cirque à Clermont-Ferrand, du 14 au 21 décembre. Ce cirque présente en effet des numéros avec des animaux, dont un éléphant, âgé de 49 ans.

L’association Le C.H.A.N.T. ("Pour une Cohabitation Harmonieuse avec les autres Animaux et la Nature sur Terre") avait lancé une pétition fin novembre dénonçant la maltraitance de lu mammifère. Par exemple : "Les pieds arrières de Maya sont affectés par une pathologie appelée "sajan" qui est une infection fongique des pieds chez les éléphants. Cette pathologie se rencontre chez les éléphants captifs qui doivent rester debout pendant de longues heures sur des sols souillés en général par leurs propres excréments".

La préfecture du Puy-de-Dôme a donc fait examiner Maya par deux vétérinaires spécialisés et un inspecteur de l’environnement de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP63).

Leur constat est le suivant : "Les trois inspecteurs ont procédé au contrôle des animaux présents, notamment une éléphante d’Asie et quatre tigres. Ils n’ont constaté aucune non-conformité relative à la protection animale au regard des normes réglementaires en vigueur.
Concernant plus particulièrement l’éléphante MAYA, âgée de 49 ans, ils n’ont observé aucun élément, tant en matière de détention, qu’en matière d’état physiologique, qui motive une action administrative ou pénale particulière.
"

A lire aussi

Sur le même sujet

La 7e Symphonie de Beethoven en direct depuis le Festival de la Chaise-Dieu

Les + Lus