"Il sera rempli d’abeilles, il y aura du miel qui sortira de là" : le destin insolite du sapin de Noël de Clermont-Ferrand

Les fêtes de fin d'année passées, le sapin de Noël de Clermont-Ferrand ne trônera plus place de Jaude. Après avoir illuminé les visages, il ne finira pas en bois de chauffage. C'est un destin beaucoup plus insolite qui l'attend.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après avoir scintillé pendant plus d'un mois place de Jaude, à Clermont-Ferrand, le sapin de Noël va quitter vendredi 5 janvier la place de Jaude. Il ne sera pas transformé en vulgaire bois de chauffage comme à l’accoutumée mais il va connaître une nouvelle vie. Après avoir poussé dans une forêt de Murat-le-Quaire, non loin de Clermont-Ferrand, il va être transformé en ruches et en matériel apicole. On doit cette idée à Christophe Guibert, apiculteur à Saint-Jean-en-Val, dans le Puy-de-Dôme. Il possède des ruches dans différents sites du département. Il explique : « Je vais récupérer le tronc. Je vais le scier. Je vais le laisser sécher puis le transformer en matériel apicole : je vais faire des ruches, des supports pour poser mes ruches. Les trois-quarts du tronc vont être utilisés. Sur les 28,50 m de haut, je vais pouvoir valoriser environ 22 m ».

Une seconde vie

Les ruches ne pourront pas être construites immédiatement : « Pour le sciage, je pense que j’en ai pour deux heures de travail. Il faut ensuite bien empiler le bois pour qu’il sèche parce qu’on ne peut pas le travailler vert. Les machines ne sont pas adaptées pour travailler du bois vert. Il faudra attendre jusqu’à l’été. A partir de là, le bois sera apte à être travaillé ». L’apiculteur raconte comment lui est venue cette idée de seconde vie : « J’ai rencontré par hasard l’élagueur de l’arbre. C’est là qu’on en est venus à parler de ce sapin. J’ai demandé ce qu’on allait en faire. D’habitude, il part en bois de chauffage en plaquettes forestières. J’ai alors proposé de le valoriser, de le transformer de manière vertueuse et symbolique. Finalement ce projet a abouti. L’arbre a une véritable seconde vie et n’est pas un déchet ».

"Cela crée de la vie"

Christophe Guibert est fier de sa trouvaille :  « Je suis très attaché à l’écologie et agir de la sorte avec cet arbre correspond à mes convictions. L’arbre de Noël que des millions de gens auront vu place de Jaude va avoir une autre vie. Il sera rempli d’abeilles, il y aura du miel qui sortira de là. Cela crée de la vie. C’est cela qui est vraiment chouette dans cette histoire ». Vendredi matin, l’apiculteur va débiter le tronc et le charger sur sa remorque. Il coupera des billes entre 3,50 m et 4 m de longueur. Il le stockera ensuite chez lui. Les branches seront broyées par les services de la mairie de Clermont-Ferrand. Elles serviront au paillage pour les espaces verts. L’apiculteur souhaite pérenniser cette opération, en lien avec les mairies de Clermont-Ferrand et de Murat-le-Quaire. Dans quelques mois, il pourra peut-être commercialiser du miel estampillé « sapin de Noël de Clermont-Ferrand ».