Irma : de retour de Saint-Martin, un secouriste du Puy-de-Dôme raconte

© France 3 Auvergne
© France 3 Auvergne

Treize membres de Secouristes sans frontières rentrent, ce jeudi 21 septembre, de dix jours de mission aux Antilles Françaises. Ils ont atterri à l’aéroport à Paris vers 11h30. Parmi eux le Puydômois, Gilles Corbet parti de Volvic, il nous raconte ... 

Par D.Cros

Secouriste depuis quinze ans et pompier bénévole, Gilles Corbet est parti de Volvic (Puy-de-Dôme) le 10 septembre. Il s’est rendu à Dijon au siège de l'ONG des Secouristes sans frontières. Là-bas, il rejoint douze autres secouristes. Ensemble, ils ont préparé une tonne de matériel : des bâches pour les habitations, des tronçonneuses pour dégager les arbres et des vivres, pour être en totale autonomie.

Ils ont décollé de Paris, le 12 septembre direction la Guadeloupe, puis Saint-Martin pour une mission de dix jours, sur leur temps de congés, avec l'assistance comme seul objectif. Ils sont rentrés ce jeudi 21 septembre. Gilles Corbet nous raconte...


Où avez-vous été affectés à votre arrivée ?

Nous avons atterri à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, nous avons ensuite rejoint l’île de Saint-Martin. Cela a été un peu compliqué. Ils ne voulaient pas transporter notre frêt. Nous sommes partis à sept sur treize secouristes. Trois autres sont ensuite partis et les trois derniers sont restés une journée de plus à Point-à-Pitre. Une fois arrivés à Saint-Martin, nous sommes restés pendant les dix jours à proximité de l’aéroport.


Décrivez nous ce que vous avez vu ?

Tout est détruit. Les gens sont attristés, certains quittent l’île car ils ont tout perdu. En arrivant, nous avons cherché des véhicules pour nous déplacer. Nous n’avons pas eu des difficultés à en trouver. Un homme a même tendu les clefs de sa voiture en disant de les garder avec son véhicule car il n’en avait plus besoin parce qu’il partait.
Tout est dévasté, tout est par terre. Les toits des maisons et les murs sont en morceaux. Le contenu de maisons est déversé dans les rues. Les voitures sont cassées et n’ont plus de pare-brise. Les gens mettent tout sur le bord la route. Le temps que les équipes viennent avec des camions tout charger, cela prend du temps.
 

Quelle a été votre mission ?

Nous avons apporté de nombreuses bâches dans nos malles. Nous avons bâché les toitures des habitations. Avec nos tronçonneuses, nous avons dégagé les toitures, les jardins et les rues. Nous nous sommes également rendus dans une scierie, nous avons récupéré du bois pour consolider les bâchages et les habitations.
Les deux médecins et l’infirmière ont eu peu d’interventions médicales. Les gens avaient été alertés de l’arrivée d’Irma et s’étaient bien protégés. 
 

Dans quel état d’esprit étaient les habitants de Saint-Martin ?

Ils sont fatalistes, c’est comme cela… Ils étaient contents de nous voir. Certains sont abattus et décident de quitter l’île. Ceux qui restent disent qu’il faut continuer d’avancer. Tout se fait au jour le jour.
Nous avons été accueillis à bras ouverts. Le soir, quand on rentrait dans la famille qui nous hébergeait, ils avaient préparé des petits plats locaux pour nous remercier. Nous étions chouchoutés.
 

Est-ce qu’ils se sentent soutenus par la métropole ?

L’organisation a été très dure à mettre en place. Des gens se demandaient pourquoi ils n’avaient encore vus personne. Quand, ils nous voyaient arriver ils étaient contents. Je suis heureux d’avoir participé. Nous avons mis à l’abri 90 familles. Nous les avons aidé, c’est vraiment une mission d’aide et d’entraide.
 

Vous êtes tous rentrés de cette mission, vous vous sentez comment ?

Nous, Secouristes sans Frontières nous faisons tout pour être en totale autonomie. Au bout de dix jours, nous rentrons car nous ne voulons pas être une charge. Je me suis senti utile. On repart à la fin de la mission avec des gens qui ont le sourire et qui veulent nous prendre en photo. C’est très chaleureux. Nous avons eu plein de moments d’échange et de convivialité. C’est fort. C’est une émotion qui est assez forte.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, le plus vieux pont du canal du Berry est en restauration

Près de chez vous

Les + Lus