Orientation : ces métiers de l’aéronautique qui recrutent en Auvergne

A Aulnat, près de Clermont-Ferrand, le campus aéronautique Auvergne-Rhône-Alpes organise une journée portes ouvertes de 16h à 19h le vendredi 14 février. / © JOEL SAGET / AFP
A Aulnat, près de Clermont-Ferrand, le campus aéronautique Auvergne-Rhône-Alpes organise une journée portes ouvertes de 16h à 19h le vendredi 14 février. / © JOEL SAGET / AFP

Vendredi 14 février, le campus aéronautique Auvergne-Rhône-Alpes organise une journée portes ouvertes sur le pôle d’Aulnat, près de Clermont-Ferrand. Filière d’excellence, le secteur aéronautique est toutefois confronté à des métiers en tension. Il attend de nombreux recrutements.
 

Par Catherine Lopes

À Aulnat, près de Clermont-Ferrand, le campus aéronautique Auvergne-Rhône-Alpes organise vendredi 14 février une journée portes ouvertes de 16h à 19h. Ce campus est un réseau d’établissements secondaires et supérieurs, ainsi que des organismes de formation, reconnus pour accompagner la filière aéronautique. Il regroupe ainsi 17 établissements en Auvergne-Rhône-Alpes et représente 32 formations allant du CAP au doctorat. Il travaille en collaboration étroite avec l'aérospace cluster Auvergne-Rhône-Alpes, qui comprend 350 entreprises adhérentes.

Des métiers en tension

Ce réseau est reconnu depuis 2013. Séverine Durieux, directrice opérationnelle du campus aéronautique, explique : « Notre secteur présente de nombreux métiers en tension, comme compagnon ouvrier ou ingénieur, car les besoins de production sont de plus en plus importants pour les avions, et la filière doit s’organiser pour répondre à cette montée en production et en cadence ». Le GIFAS, Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, espère 15 000 recrutements dans ce secteur dans un avenir très proche. Au niveau régional, ce sont 1 200 recrutements qui sont attendus. Séverine Durieux précise : « Parmi les métiers en tension, il y a des techniciens d’usinage, les métiers de la maintenance industrielle ou aéronautique, les métiers de la qualité, les métiers d’ajusteur-monteur ».

Changer la mauvaise image de l'industrie

Si la filière peine à recruter c’est qu’elle a du mal à de se débarrasser de certains clichés. Séverine Durieux indique : « Nous essayons de changer la mauvaise image de l’industrie. Il s’agit d’une filière d’avenir, de haute technicité avec des perspectives de carrière et d’évolution intéressantes ». La filière espère aussi se féminiser. Au niveau national, une campagne de sensibilisation a été lancée afin de montrer aux jeunes filles que l’aéronautique est accessible. Le secteur souhaite également s’adresser à des personnes en reconversion.

La journée portes ouvertes du 14 février est une occasion de découvrir le secteur aéronautique. Des organismes de formation seront présents aux côtés des partenaires industriels du campus : on trouvera ainsi l’Armée de l’air, l’AIA ou encore HOP. Par ailleurs, le campus a obtenu un partenariat avec un organisme de formation afin de former des hôtesses et des stewards à Clermont-Ferrand. Deux sessions seront organisées par an.
 

Sur le même sujet

Les + Lus