Pourquoi le vintage est de plus en plus à la mode

La mode vintage fait un retour en force. Grâce au développement d’applications et de sites web, elle est désormais très accessible. Une autrice de Clermont-Ferrand nous explique ce phénomène de société.

Ce sac Chanel des années 1990 est très recherché par les amateurs de vintage.
Ce sac Chanel des années 1990 est très recherché par les amateurs de vintage. © Aurélie Vassy

Il suffit de jeter un œil aux tenues vestimentaires des stars et des influenceuses pour remarquer que le vintage est à la mode. Aurélie Vassy est l’autrice du livre « Les 1 001 vies du vintage ». Clermontoise d’adoption, elle est aussi la dirigeante d’une maison de vente aux enchères spécialisée dans la mode vintage et le luxe de seconde main, ouverte en 2016.

 La mode vintage est une philosophie de vie

Elle définit d’abord ce qu’est le vintage : « La mode vintage est une philosophie de vie, une manière de concevoir le vêtement en réfléchissant à la notion du temps. Le vêtement vintage est ancré dans le temps, puisqu’il fait partie d’une époque passée. Ca part des années 90 aux années 50. Quand vous portez un vêtement des années 60-70, vous portez du patrimoine, une vision passée du corps de la femme et vous l’interprétez au présent. La mode vintage est aussi une philosophie du social. Quand vous portez un vêtement vintage, vous avez envie de le partager, de discuter de cela, de raconter son histoire, d’évoquer le nom de la marque, de dire où vous l’avez trouvé. C’est une vision beaucoup plus passionnée, plus enthousiaste de la mode que celle qu’on trouve dans les boutiques et dans la mode du neuf. La mode vintage se veut un pont entre le passé et le présent, et entre les générations. Vous pouvez porter des choses qui appartenaient à votre grand-mère ou à votre grand-tante et que vous avez envie de transmettre à vos futurs enfants ».

Le principe du vintage, de la seconde main, a toujours existé

Cette tendance n’est pas nouvelle. Celles et ceux qui l’adoptent y voient plusieurs intérêts. Aurélie Vassy souligne : « Le principe du vintage, de la seconde main, a toujours existé, même au Moyen-Age, avec les fripes du Carreau du temple. Jusqu’à présent c’était pour les initiés. Il fallait se déplacer dans les friperies, dans les puces. Il y avait une notion de choix réel, de vision intellectualisée de la mode. Aujourd’hui, la mode vintage est accessible depuis votre téléphone, au coin de la rue, avec des boutiques qui se sont développées. C’est vraiment devenu beaucoup plus ouvert. Il y a des personnes de 15-20 ans ou de 70 ans qui partagent aujourd’hui cette même vision, ce qui n’était pas le cas quelques années en arrière. C’est tendance parce que ce n’est pas cher et parce qu’aujourd’hui l’industrie de la mode est le 2e plus gros pollueur au monde. Le vintage ressemble à une promesse écologique. Il y a des vertus à se sentir responsable du vêtement que l’on porte, à vouloir le protéger et à le revendre. Il appelle à une transmission et n’est pas censé vous appartenir pour toute votre vie ».
 

La mode des années 90 est devenue tendance.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Shine A Lot - Aurélie Vassy (@shine_a_lot_aurelievassy)

Deux mouvements en cours

Elle ajoute : « Deux mouvements sont en cours. La mode contemporaine s’inspire du vintage. Beaucoup de collections s’inspirent des années 60-70. De grandes maisons de luxe ressortent leurs modèles de sacs. La maison Céline sort tous les sacs des années 80. Dior ressort un sac des années 2000. Par ailleurs, le vintage devient accessible. La grande révolution est Internet. Cela révèle le vintage comme étant un choix possible de se vêtir et d’offrir. Le fait que ce soit accessible sur des applications comme Vinted, Vestiaire collectif, rend les choses plus concrètes dans votre quotidien ».
 

Les sacs de maisons comme Vuitton sont disponibles sur des sites web et des applications.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Shine A Lot - Aurélie Vassy (@shine_a_lot_aurelievassy)

En ce moment les années 90 ont la cote

Sans le savoir, vous avez peut-être dans vos placards des petites pépites. Aurélie Vassy donne les tendances actuelles : « En ce moment les années 90 ont la cote. C’est le retour des couleurs flashy, des logos, des bananes, des petits colliers de chien. Toutes les chanteuses américaines à la mode portent ces vêtements des années 90 et imitent le style de Janet Jackson. Les lunettes colorées avec des strass sont à la mode. Les 15-20 ans n’ont pas connu ces années 90. Pour les personnes qui ont entre 30 et 40 ans, il y a un retour de la mode des années 70 et 80. Elles se tournent vers les créations d’Yves Saint Laurent, les premières pièces de Chloé, de Céline. Ce qui est aussi agréable dans le vintage sont les pièces intemporelles, celles qui traversent les années. Il y a des marques comme Chanel ou Hermès qui ont des pièces qui traversent le temps ».

Des trésors cachés

Certaines pièces sont très recherchées : « La notion de valeur et de patrimoine a trait aux grandes maisons françaises. La griffe, l’étiquette ou la signature ont du sens. Par exemple, vous allez chez votre grand-mère et vous découvrez dans les malles des vêtements des années 1947-1955 de Christian Dior, vous avez entre vos mains un patrimoine phénoménal car ce sont des pièces recherchées par tous les musées du monde entier. Vous découvrez chez votre grand-tante des sacs Hermès, un Kelly par exemple, en peau exotique, vous avez un patrimoine considérable entre les mains, avec une valeur sur le marché de la seconde main impressionnante. On est sur des milliers d’euros. Il y a donc des trésors à redécouvrir dans sa famille. Le Chanel des années 90 est aussi très recherché par la clientèle américaine. Des ceintures peuvent avoisiner plusieurs milliers d’euros ».
 

Ces silhouettes Dior sont particulièrement recherchées.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Shine A Lot - Aurélie Vassy (@shine_a_lot_aurelievassy)

L'importance de marchander

Lorsqu’on utilise ces sites web ou ces applications afin de faire son marché, Aurélie Vassy conseille de négocier le prix. Elle indique : « Il est recommandé de faire perdurer l’héritage des fripes et marchander. Il est important d’avoir toujours une vision économique. Il faut chercher une pièce en meilleur état, au meilleur prix, et qui la plus facile d’accès ». Le livre « Les 1 001 vies du vintage » paraît le 19 mai prochain aux éditions Kiwi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mode culture consommation économie