Puy-de-Dôme : un drone au secours des busards cendrés

La LPO Auvergne utilise un drone pour repérer les nids des busards cendrés et les protéger. / © MaxPPP/jdutac
La LPO Auvergne utilise un drone pour repérer les nids des busards cendrés et les protéger. / © MaxPPP/jdutac

Les busards cendrés nichent au sol dans les champs de céréales. Leurs œufs sont donc menacés par les engins agricoles. La LPO Auvergne est la seule en France à utiliser un drone pour repérer les nids à protéger.

Par D.Cros

Les busards cendrés nichent, à même le sol, dans les champs. Leurs œufs sont donc vulnérables. Ils sont la proie des prédateurs et des engins agricoles. Chaque année, il faut protéger les nids avant le début des moissons. Mais pour cela il faut les repérer.

La Limagne, en plein cœur du Puy-de-Dôme compte de grandes plaines céréalières et agricoles. La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) intervient, sur place, pour recenser les nids. Pour la deuxième année, ses membres utilisent un drone. Philippe Briffaut pilote de drone bénévole à la LPO Auvergne explique : "En deux jours, avec un drone on peut contrôler 25 à 30 nids. Alors que deux personnes sur le terrain vont en contrôler 10". Puis il ajoute : "Le drone permet de libérer du temps pour faire autre chose et permet d’avoir une approche moins destructive. Si l’on va dans le champ à pied, les prédateurs suivent nos traces et voient l’emplacement du nid et gobent les œufs".


Le drone permet de recenser les oeufs dans les nids


Survoler les nids avec un drone permet de repérer les nids et de contrôler leur contenu, donc d’estimer l’âge des oiseaux à venir. La LPO doit savoir si les oiseaux vont ou non voler avant les moissons. "D’ordinaire, les poussins s’envolent avant le 15 juillet donc avant les moissons. Mais quand les moissons sont en avance et les poussins en retard, ils se font avaler par les engins de moisson. Il faut donc les protéger" précise Clément Rollant, chargé de mission busard à la LPO Auvergne.

Cette année, il va falloir protéger les œufs car ils vont éclore après les moissons. Clément Rollant ajoute : "En accord avec les agriculteurs, on met en place autour du nid un petit carré de grillage. Un mètre carré environ. Autour, on laisse du blé pour dissimuler le nid et protéger les oeufs".

Repérer les nids permet donc de les protéger efficacement. Car quand les blés sont récoltés, ils sont visibles et donc vulnérables. La LPO veille à sauver tous les œufs des prédateurs et des engins agricoles pour assurer une bonne reproduction de l’espèce.

A lire aussi

Sur le même sujet

Chambéry : une chorale de sourds reprend Julien Doré, Stromae ou Vianney en "chansigne"

Les + Lus